Participatif
ACCÈS PUBLIC
06 / 11 / 2020 | 296 vues
CFE-CGC GFPP / Membre
Articles : 13
Inscrit(e) le 03 / 12 / 2019

Échec prévisible des négociations APLD, RCC et APC chez ADP : la CFE-CGC demande la réouverture des discussions sur de nouvelles bases

Fin août, la direction d'Aéroports de Paris a engagé des négociations avec les organisations syndicales représentatives sur trois accords :

  • activité partielle de longue durée pour 2 000 salariés affectés aux fonctions opérationnelles ;
  • rupture conventionnelle collective visant à supprimer 700 postes, en lien avec d’importants projets de réorganisation ;
  • accord de performance collective qui vise à réduire les frais de personnel de plusieurs dizaines de millions d'euros.
     

La CFE-CGC sest impliquée dans ces négociations dans un esprit de responsabilité, pour trouver les solutions permettant aux salariés et à lentreprise de traverser la crise actuelle au mieux, en recherchant, sur cette période, des efforts équilibrés entre les différentes parties prenantes. Profitant de la situation, la direction d'ADP a persisté dans sa volonté de durablement réduire (voire supprimer) des éléments substantiels de rémunération pendant toute la durée des négociations. Dès le début des négociations, la CFE-CGC a prévenu que cette stratégie de la direction était inacceptable pour les salariés.

 

Les salariés d'ADP, qui subissent déjà l'activité partielle depuis le mois de mars, sont encore prêts à faire des sacrifices, justement répartis et dans des proportions mesurées, pour la seule durée de la crise. Or, les réductions envisagées par la direction représentent plus de 15 % de perte de rémunération pour tous les salariés, auxquelles s’ajoutent, pour les salariés concernés, les pertes financières de l’APLD. C'est injuste et inacceptable pour la CFE-CGC.


La CFE-CGC a prévenu que lattitude rigide et maximaliste de la direction menait à l’échec. Au moment où la direction a clos les négociations, la CFE-CGC a fait savoir qu'elle souhaitait les reprendre, sur des bases différentes, pour revoir certains points essentiels.
 

Faute de réponse positive et au terme de négociations qui auront duré plus de 160 heures, la CFE-CGC (premier syndicat d'ADP) a décidé de :
 

  • signer l'accord de rupture conventionnelle collective :
    • il permet aux salariés qui le souhaitent de quitter volontairement l'entreprise ;
    • il engage l'entreprise à ne pas procéder à des licenciements pour motif économique durant la période 2021-2023 (sauf pour les salariés concernés par l’APLD) ;

       
  • ne pas signer l'accord d'activité partielle de longue durée en l'état. En effet, ce dernier prévoit « qu'un plan de sauvegarde de l'emploi pourra être mis en œuvre, s'appuyant en priorité sur un dispositif de départ volontaire ». La CFE-CGC souhaite que le PSE éventuel s'appuie uniquement sur le dispositif de départ volontaire et pas « en priorité », afin que les salariés concernés bénéficient d’une garantie d’emploi équivalente à celle des autres salariés ;
  • ne pas signer l'accord de performance collective car la crise ne doit pas créer un effet d'aubaine pour réduire, au-delà de sa seule durée, les éléments de rémunération des salariés au profit des actionnaires et d'ainsi mieux préparer la privatisation d'ADP. En effet, lorsque la CFE-CGC a été reçue à Bercy, notre interlocuteur a précisé que l’État ne pouvait procéder à la privatisation en 2021 en raison des mauvais résultats mais qu'en 2022, cela dépendrait du résultat à l'élection présidentielle.
     

Pour toutes ces raisons, la CFE-CGC ne peut pas céder au chantage de la direction d'ADP, agitant la menace d’un PSE, et la remise en cause unilatérale d’éléments de rémunération, en cas de non-signature des trois accords.
 

Contact : cfecgcol@adp.fr.

Afficher les commentaires