Participatif
ACCÈS PUBLIC
11 / 03 / 2014 | 30 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1575
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

MAIF : signature d’un accord sur la qualité des conditions de vie au travail et la prévention des RPS

La MAIF et 5 organisations syndicales ont signé un accord de « qualité des conditions de vie au travail et prévention des risques psychosociaux (RPS) ». La mutuelle entend ainsi confirmer son engagement politique, dans la continuité des plans d'actions établis depuis 2006.

Le 16 janvier dernier, le groupe MAIF et 5 des 6 organisations syndicales représentatives (CAT, CFDT, CFECGC, CGT et UNSA) ont conclu un premier accord sur la « qualité des conditions de vie au travail et la prévention des RPS ».

Cet accord triennal prévoit notamment :

  • la mobilisation des acteurs au sujet de la qualité des conditions de vie au travail,
  • la prévention des risques psychosociaux en amont des projets,
  • la mise en place d'un « protocole relationnel »,
  • la mise en place d'un dispositif adapté lors du retour de collaborateurs après une longue absence.

Origine de l’accord

En 2012, avec le déploiement de la nouvelle organisation de son réseau (Schéma Directeur Opérationnel SDO) et en complément des autres mesures RH mises en place (accord d’accompagnement de la mobilité...), la direction générale de la MAIF a proposé aux organisations syndicales de travailler à l'élaboration conjointe d'un accord sur la qualité des conditions de vie au travail et notamment de réfléchir à une structuration possible d'une approche impliquant tous les acteurs.

Avec cet accord, la mutuelle confirme l’engagement politique pris depuis plusieurs années. En effet, dès 2006, la MAIF a fait de la « prévention, détection et traitement des risques psychosociaux » un sujet prioritaire et a engagé une démarche globale dans ce sens, par des actions d’accompagnement (formation des managers, biennale des CHSCT sur la thématique du stress au travail, mise en place d’une cellule d’écoute, enquête RPS…).

  • Des dispositions qui vont bien au-delà de la simple prévention des risques

À l’occasion de la négociation de cet accord, de nombreux acteurs de l’entreprise (managers, pilotes de projets, RRH, membres de CHSCT...) ont été associés afin d’élaborer les dispositifs, les outils de prévention et d’accompagnement négociés.

Pour Olivier Ruthardt, directeur délégué des ressources humaines, cet accord « incarne la volonté de l’entreprise, partagée avec les partenaires sociaux, de faire de la qualité des conditions de vie au travail un véritable moyen au service des performances économiques et sociales de la MAIF. Il renforce, par ailleurs, les dispositifs existants par l’introduction de concepts et d’outils innovants tels que, notamment : 

  • la « tolérance à l’erreur », dans un glossaire de définitions partagées par tous les partenaires sociaux,
  • le « protocole relationnel » qui permet à chacun des salariés de la MAIF d’identifier les interlocuteurs et/ou les situations pour mieux agir en prévention ».

Ce premier accord sur la qualité des conditions de vie au travail et la prévention des RPS comporte :

  • Des engagements politiques et des objectifs de mobilisation des acteurs

La volonté est d’inscrire les principes de prévention et d’amélioration des conditions de vie au travail dans l’action de l’entreprise au quotidien : octroyer un rôle prioritaire à la prévention primaire et mobiliser tous les acteurs en définissant leurs rôles et en leur accordant des moyens d’actions.

  • Des dispositifs de prévention et d’accompagnement

Des modules de formation seront dispensés auprès de certaines populations (pilotes de projets d’envergure, managers, représentants du personnel, RRH…) afin de mieux appréhender les risques.

Des outils ont été développés pour définir et aider à l’identification et à la gestion des différents types de tensions et situations conflictuelles.

  • Des moyens de suivi des facteurs de risques dans l’entreprise

Deux types de suivi permettront de vérifier le niveau de la qualité des conditions de vie au travail des salariés à travers des indicateurs de suivi et d’une enquête de perception.

Des mesures en faveur du dialogue social avec notamment la création d’une commission de  prévention des risques psychosociaux et de la qualité des conditions de vie au travail afin d’assurer le suivi et l’évaluation des mesures, des dispositifs et des actions prévus à l'accord.

Afficher les commentaires

Vous louez l'accord sur les risques psychosociaux au sein de la MAIF, en encensant la démarche de la Direction et les futurs résultats ? Cet accord n'a rien d’exceptionnel au constat que le traitement de la prévention, quelle qu'elle soit, est une obligation légale, les RPS n'ayant pas un traitement à part... Cela fait maintenant plus de trois ans que les instances de la mutuelle sont à la recherche d'un outil de gestion pour traiter de la prévention ! A priori il semble ne rien avoir trouvé, sauf de sortir un accord qui permet à la direction de se protéger en cas de problème lié au RPS, mais pas pour les autres risques. Tout le monde est au courant, donc tout le monde est responsable CQFD...