Participatif
ACCÈS PUBLIC
23 / 01 / 2015 | 21 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1697
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Le rapprochement entre la Mutuelle Générale et Malakoff Médéric se précise

La décision, assez particulière dans l'évolution du paysage de la complémentaire santé, d'engager un processus de rapprochement entre la Mutuelle Générale (MG) et Malakoff Médéric (une IP) a été annoncée il y a plusieurs mois.

Comme l'indique un communiqué commun, à l’issue de la période de négociations exclusives entamée le 3 septembre 2014, les conseils d’administration de Malakoff Médéric et de la Mutuelle Générale, réunis les 21 et 22 janvier 2015, ont adopté le protocole de rapprochement qui leur permettra de créer le premier groupe non lucratif d’assurance de personnes.

Il est précisé que « le nouveau groupe sera organisé sous la forme d’une SGAM (société de groupe d’assurance mutuelle), et s’appuiera sur deux pôles équilibrés, l’un mutualiste, l’autre paritaire ».

Sur la base des données 2013, ce groupe représenterait un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros et 4,5 milliards d’euros de fonds propres et protégerait plus de 6 millions d’assurés.

C’est donc une étape essentielle dans la constitution de ce nouveau groupe.

La mise en œuvre de ce projet de rapprochement devra ensuite être soumise à l’avis des institutions représentatives du personnel, à l’accord des assemblées générales des deux groupes qui devraient se tenir en juin prochain, et bien sûr, à celui des autorités compétentes.

« Malakoff Médéric et la Mutuelle Générale entendent ainsi répondre aux besoins des branches professionnelles, de leurs entreprises et de leurs salariés en déployant, grâce à une distribution de proximité, une offre de produits et de services adaptée à la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés ».

Il est également précisé que « ce nouvel ensemble mettra à disposition des entreprises, de leurs salariés, des retraités et des particuliers, les réponses innovantes rendues nécessaires par les mutations de l’environnement en santé et en prévoyance et les nouveaux besoins, notamment de services et d’accompagnement individualisé des personnes ».

Partageant la même stratégie et rassemblés autour des mêmes valeurs et de la même vision des évolutions nécessaires de la protection sociale, les gouvernances politiques et les directions opérationnelles des deux groupes affirment « leur confiance en leur capacité à réaliser les travaux nécessaires à la création de ce nouvel acteur majeur de la protection sociale ».

Pas encore de commentaires