Participatif
ACCÈS PUBLIC
05 / 04 / 2022 | 79 vues
Jacques Lambert / Membre
Articles : 8
Inscrit(e) le 04 / 09 / 2013

Élections dans les entreprises : de nouveaux CSE vont être instaurés

Les CSE vont être renouvelés dans leur quasi-totalité d'ici 2023. La loi prévoit qu’au premier tour, seules les organisations syndicales peuvent présenter des listes de candidats. Webscran donnera la parole à chacune d’entre elles pour vous expliquer le processus.


Nous appellerons cette rubrique « élections CSE de A à Z ».


De l’obligation légale de l’employeur d’organiser les élections jusqu’à la première réunion du CSE, nous vous expliquerons comment votre élection doit se préparer pas à pas. La période précédant l’élection est la plus importante ; c’est celle qui va cadrer le mode de scrutin, les outils dont vous disposerez pour faire campagne donc toute votre communication avec les salariés. Vous avez des droits ; l’employeur aussi, il faut les inscrire au protocole.

Nous savons que l’implication des salariés dans ce type d’élection est de moins en moins forte (en général, bien sûr). C’est donc de la négociation du protocole pré électoral que va résulter une petite partie de l’augmentation du taux de participation. La campagne est aussi un moment qui sert à expliquer que le CSE n’est pas seulement un organisme gérant un budget des activités sociales et culturelles.
 

Les deux années difficiles que nous venons de subir (plus celle que nous connaissons avec la guerre en Ukraine) va mettre votre rôle économique en avant. Nous montrerons qu’un CSE « libre »  de toute organisation syndicale, c’est-à-dire élu au second tour, n’est pas vraiment libre de ses mouvements. Il n’a pas la notion de la nécessité de se former. De plus, un CSE qui n’a pas de délégation syndicale dans son entreprise se coupe un membre.
 

Les ordonnances Macron on réformé la représentation du personnel mais n’ont pas vraiment donné de pouvoir de négociation aux CSE.  « Le CSE n’est pas une organisation syndicale », il n’a donc aucun pouvoir de négociation. Il ne va pas en manquer de choses à négocier :

  • salaires,
  • conditions de travail,
  • temps de travail,
  • télétravail,
  • primes,
  • intéressement,
  • égalité salariale etc.


Ce n’est donc pas le moment de faire la fine bouche en reprenant les thèses trop entendues de l’inutilité des organisations syndicales. Vous avez le pouvoir de choisir le syndicat qui vous convient le mieux et d’y adhérer. Ainsi, vous pourrez être entièrement armés pour défendre les intérêts des salariés dans tous les domaines incombant aux représentants du personnel.


Le nombre de syndicats en France est suffisant pour que chacun y trouve son compte. Ça vaut le coup de passer un petit moment à s’informer sur chacun d’entre euc et d’en choisir un.

Pas encore de commentaires