Bip Bip
ACCÈS PUBLIC
24 / 04 / 2020 | 665 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 3926
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

La réalité du chômage partiel chez SFR ne correspond pas à ce que rapporte la presse selon Muriel Pénicaud

A la question de Stéphane Peu, député communiste de la 2ᵉ circonscription de la Seine-Saint-Denis, relative au chômage partiel chez SFR, Muriel Pénicaud a répondu (2.20) en commission Covid-19 du 22 avril à l'Assemblée Nationale que la demande de SFR ne correspondait pas à ce que rapportait la presse et que seuls les salariés des boutiques étaient concernés.

La ministre du Travail aurait pu tout aussi bien dire que la demande de l’entreprise ne correspondait pas aux informations publiées par les organisations syndicales.
 

 

Une CFDT qui assure que hors boutique, SFR avait mis plus de 2 400 salariés en chômage partiel le 23 mars. Face à la pression conjuguée des syndicats et des services de l’État, la direction a finalement repositionné 416 ex-chômeurs partiels en télétravail. 
 

Retrouvez notre écho sur le flou des critères de départage > Approche ultra-ciblée du chômage partiel chez SFR : quid de l’objectivité des critères ?