Participatif
ACCÈS PUBLIC
19 / 07 / 2018 | 82 vues
Valerie Gayte / Membre
Articles : 8
Inscrit(e) le 15 / 03 / 2013

Cofigéo transfère ses services de la région Occitanie à la région parisienne : quid du maintien de l'emploi ?

La CFE-CGC s'alarme de la volonté du groupe Cofigéo de transférer une trentaine d’emplois vers la région parisienne au détriment du site de Capdenac (Aveyron), contrairement aux propos tenus par les dirigeants, il y a encore quelques jours.

Il y a un an, le groupe Financière Turenne Lafayette (détenteur entre autres des marques William Saurin, Panzani et Garbit) s’effondrait suite au décès de sa dirigeante et à la découverte de fraudes massives.

Le groupe Cofigéo (Raynal & Roquelaure et Zapetti) s’est porté acquéreur du pôle plats cuisinés d’Agripole sous forme de location gérance, suivie d’une confirmation d’achat soumise à l’avis de l’Autorité de la concurrence.

Très rapidement, les dirigeants du groupe Cofigéo se sont voulus rassurants envers les salariés quant au maintien des équilibres sociaux, tout en indiquant que les moyens technologiques actuels nous permettaient de travailler à distance compte tenu de la localisation des différents sites du « nouveau » groupe.

Les équipes Raynal & Roquelaure/Zapetti ont toujours travaillé sur des projets à distance (multi-sites), dans l’intérêt général du groupe. Les actionnaires n’ont cessé de souligner la qualité du travail fourni par tous.

Le 14 juin dernier, l’Autorité de la concurrence a autorisé cette reprise sous réserve de deux cessions ciblées (la marque Zapetti et un site de production) destinées à maintenir la concurrence dans ce secteur (éviter la situation de monopole).

Le même jour, Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie et des Finances, a entendu faire usage de son pouvoir d’évocation afin de statuer sur l’opération en cours au titre « des motifs d’intérêt général », entre autres, le maintien de l’emploi. 

Sa décision motivée doit être connue dans un délai de 25 jours ouvrés, soit le 19 juillet prochain. Cette décision peut éventuellement être conditionnée à la mise en œuvre effective d'engagements.

Bien évidemment, la CFE-CGC, syndicat responsable, est favorable à cette intervention ministérielle nécessaire au maintien et au développement du groupe, fort de la richesse de ses sites et des gens qui y travaillent.

Malheureusement, lors du comité d’entreprise du vendredi 13 juillet, pressés de questions, les dirigeants ont reconnu leur volonté de supprimer les services commerciaux et marketing du site historique aveyronnais de Capdenac, en transférant services et personnel à la région parisienne. Cette décision concerne une trentaine de personnes et de familles installées dans le capdenacois.

Nous sommes stupéfaits d’apprendre ce jour que les dirigeants de Cofigéo ont décidé de casser la dynamique existante, indispensable au succès de ce rachat, porteuse d’avenir dont l’enjeu majeur est le développement de la catégorie des plats cuisinés appertisés (conserves).

Cette décision est d’autant plus surprenante que le pouvoir d’évocation exercé par le Ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire s’appuie notamment sur « le maintien de l’emploi et le développement industriel ». Aujourd’hui, nous ne pouvons que nous interroger sur la stratégie humaine des actionnaires-dirigeants de Cofigéo.

La suppression d’emplois chez Raynal & Roquelaure à Capdenac s’arrêtera t-elle là ? En effet, les services export et achats ont déjà rejoint la couronne parisienne il y a quelques mois…

L’ambition, légitime, du groupe Cofigéo de devenir numéro 1 des plats cuisinés appertisés doit-elle passer par le sacrifice des salariés de Raynal & Roquelaure et Zapetti et de leurs sites respectifs ?

La CFE-CGC 12 se mobilise aux côtés des 220 salariés. Les responsables syndicaux ont multiplié les rencontres avec, entre autres, des élus locaux, départementaux et régionaux dans l'objectif de maintenir l’emploi dans le site aveyronnais voire la survie de son existence.

La section SNI2A CFE-CGC 12 R&R.

Pas encore de commentaires