Ofi AM investissement responsable

 

Bip Bip
ACCÈS PUBLIC
16 / 05 / 2019 | 53 vues
Rodolphe Helderlé / Abonné
Articles : 3491
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Pas de Diphotèrime pour protéger les forces de l’ordre des effets des gaz lacrymogènes

Les forces de l’ordre qui envoient des gaz lacrymogènes sur les manifestants y sont aussi exposés, avec effets oculaires et cutanés. Il existe pourtant un produit « magique » pour « décontaminer » et même prévenir. Il s’agit de la Diphotérine, une solution de premiers secours commercialisée par les laboratoire Prevor pour agir sur les brûlures.

Vigi, le syndicat du Ministère de l’Intérieur et des policiers (affilié à la CGT), rapporte que le produit a été testé avec succès sur 5 gendarmes en 2002, avec une étude à la clef de l’académie américaine d’urgence médicale : « lorsque la Diphotérine était appliquée sur les yeux et le visage avant d’entrer dans la chambre saturée en gaz lacrymogène, les effets attendus ne se sont pas produits »…

C’était il y a 17 ans. Aujourd’hui, les forces de l'ordre ne sont pas équipées de Diphotérine.

Vigi remarque que Prévor « ne fait pas état de l’expérience sur nos collègues gendarmes alors que, dans le contexte actuel, cela aurait pu dynamiser ses ventes », avant de s’interroger : « Si les manifestants allaient eux aussi s’acheter ce produit, peut-être que l’État serait obligé de revoir son utilisation d’armes chimiques dans le cadre de maintien de l’ordre ».