Participatif
ACCÈS PUBLIC
07 / 12 / 2022 | 130 vues
Laurent Rescanieres / Membre
Articles : 18
Inscrit(e) le 30 / 05 / 2022

Remise en cause du droit de grève par Newrest : la Justice donne raison à la FGTA-FO

Face aux échecs des négociations entre les organisations syndicales et la société Newrest relatives aux augmentations salariales et à l’accord sur le temps de travail, la FGTA-FO a déposé un préavis pour un mouvement de grève illimitée à compter du 16 décembre 2021 au sein de la société Newrest.

 

Les salariés grévistes  ont réalisé un mouvement de grève durant quatre journées au mois de décembre 2021 sur les sites des aéroports Orly et Roissy-Charles de Gaulle.

 

La société Newrest a cru bon d’assigner en référé la FGTA pour faire cesser ce mouvement de grève et n’a pas hésité, dans ce même temps, à refuser tout dialogue social avec les organisations syndicales en mettant en place des « référendums » dans l’entreprise pour faire voter leur accord de temps de travail…

 

Notre fédération  a finalement obtenu gain de cause devant le Tribunal judiciaire de Paris le 17 février 2022 qui a estimé que le mouvement de grève  était parfaitement régulier et que son caractère illimité n’était pas critiquable.

 

La société Newrest a également été condamnée à verser à la FGTA la somme de 1500 euros.

 

La société Newrest n’a pas hésité à faire appel de ce jugement devant la Cour d’appel de Paris, qui a rendu son arrêt le 16 novembre 2022 confirmant en toutes ses dispositions la décision rendue par le Tribunal judiciaire en première instance !

 

La société Newrest a donc été une nouvelle fois condamnée à verser à notre organisation syndicale la somme de 1500 euros. La FGTA considère que de telles procédures judiciaires sont abusives puisque son unique objet est d’entraver l’exercice syndical et le droit de manifester des salariés.

 

Elle souhaite rappeler que le droit de grève est un droit constitutionnel qui doit être respecté par l’ensemble des entreprises et que le dialogue social doit toujours primer sur les pratiques unilatérales et abusives de certains employeurs.

Pas encore de commentaires