Participatif
ACCÈS PUBLIC
11 / 06 / 2021 | 150 vues
Fabienne Fevrier / Membre
Articles : 10
Inscrit(e) le 20 / 10 / 2017

Plans d'accompagnement personnalisé à la Maif : qu’y a-t-il au bout du couloir des performances ?

Les « plans d’accompagnement personnalisé » (PAP) de la Maif concerneraient plus de 260 collègues (10% de la filière distribution). Pour nous, un accompagnement ne peut être source d’aide et de progrès que s’il intègre la valorisation de l’expérience et des savoir-faire autres que purement commerciaux, avec des attendus raisonnables et justement proportionnés aux capacités à faire.

 

Or les témoignages dont nous disposons soulignent que la filière de la distribution veut aller très vite, afin de mettre les collègues qu’elle estime ne pas être assez « performants » au pas. Elle va loin. Trop loin ?

 

La filière attend encore et toujours plus de performances, en particulier en assurance de personnes (ADP) mais elle exige désormais que les gens concernés par un PAP rattrapent les plus performants, en seulement quelques mois. Si les objectifs ne sont pas atteints, un nouveau plan est mis en place au bout de trois mois : pas de répit et une pression permanente !

 

Cette directive risque de mettre les managers, en difficulté, les plaçant dans une situation inconfortable vis-à-vis de leurs équipes, avec pour conséquence une dégradation durable des conditions et des relations de travail.

 

Si certains salariés parviennent à « redresser la barre », on peut s’interroger sur le stress et l’angoisse ressentis par ceux qui sont ciblés et qui s’inquiètent pour leur avenir et de ce qu'il se passerait s’ils ne parvenaient pas à maintenir ce niveau de performances sur la durée ?

 

Le PAP serait-il désormais un outil d’accompagnement vers la sortie ?

 

La mutuelle veut-elle vraiment en arriver là ? Est-ce compatible avec l’attention sincère portée à l’autre et avec l’image d’une société à mission ?

 

Après avoir interrogé la direction en CSE et en CSSCT et, faute de réponses concrètes, notre syndicat  s’interroge toujours sur la finalité de ce dispositif et suit ce dossier de très près.

Pas encore de commentaires