Participatif
ACCÈS PUBLIC
23 / 08 / 2021 | 221 vues
Social Nec Mergitur / Membre
Articles : 269
Inscrit(e) le 25 / 11 / 2011

Pass sanitaire : préavis de grève reconductible dans les bibliothèques de Grenoble

Un préavis de grève reconductible a été déposé à partir du mardi 24 août. Les bibliothécaires grenoblois dénoncent la discrimination que l'instauration du pass sanitaire engendre.

 

Une telle unité est une première depuis longtemps et révèle la gravité de la situation car l'ensemble des organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, SUD, CNT et CFTC) a déposé un préavis de grève reconductible mardi 24 août pour les agents du réseau de bibliothèques de Grenoble, suite à l'instauration du pass sanitaire, a ainsi révélé Livres-Hebdo dans son édition d'hier.

 

Les bibliothécaires grenoblois dénoncent la discrimination que cette nouvelle réglementation engendre. Depuis le 19 juillet, il est nécessaire de présenter un justificatif via un QR code attestant de l’injection de deux doses de vaccin contre le covid-19, d'un certificat de guérison récente du virus ou encore d'un dépistage effectué dans les soixante-douze heures pour entrer dans une bibliothèque.
 


« Le pass sanitaire est antisocial, amplifie la fracture numérique et est en complète contradiction avec les missions de la lecture publique et de ses agents », précise le communiqué syndical. Les agents communaux craignent également « le mécontentement et la colère des usagers ». En cas de refus d'effectuer ces contrôles, les syndicalistes s'inquiètent des sanctions auxquelles les bibliothécaires seront confrontés par la municipalité dirigée par Éric Piolle (Europe Écologie Les Verts). Des sanctions qui, si elles ont lieues, seraient pour sûr un coup dur pour l'image du maire de Grenoble actuellement en lice à la primaire écologiste pour la présidentielle.
 

De son côté, l’intersyndicale demande le retrait des menaces de sanction, le maintien de la jauge à quarante-neuf supprimée par le décret du 6 août et des mesures de protection pour tous les agents face aux agressions et aux risques psychosociaux. Une revendication en tout point similaire faite par les bibliothécaires du réseau de la Ville de Paris et ceux de la ville de Brest ces dernières semaines et qui commence déjà à faire tâche d'huile, comme à Toulouse et à Lyon.

Pas encore de commentaires