Participatif
ACCÈS PUBLIC
26 / 11 / 2020 | 101 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1445
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

« Les fragilités sociales dans la fonction publique demeurent voire s’accentuent au fil des années » - Serge Brichet, président de la MFP

Entretien avec Serge Brichet, président de la Mutualité Fonction Publique.
 

Vous venez de tenir de tenir l'assemblée générale annuelle de la MFP. Quels ont été les principaux éléments marquants dans cette période?
 

Certes, l’assemblée générale annuelle MFP s’est tenue vendredi dernier dans une période difficile et incertaine. Cela a été ’occasion de faire le point sur l’actualité des derniers mois, tout en mettant les nouveaux projets de l’union tournés vers la santé et plus largement vers l’accompagnement social des agents publics (bien vivre, endettement, logement) en perspective. Tous ces éléments concourent à la valorisation de la protection sociale du personnel public, thème central de sa feuille de route politique des prochains mois.
 

Autre sujet à l’ordre du jour, l’adhésion de Klesia Mut, au 1er janvier prochain. Il s'agira du deuxième acteur paritaire à rejoindre la MFP après le Pôle fonctions publiques d’AG2R La Mondiale en 2019, dans le cadre de l'ouverture au monde non-lucratif que nous avions décidée au regard des évolutions du secteur.
 

Pour décembre, la publication d’un manifeste politique (fruit d’un collectif de travail avec l’ensemble de ses membres) et le lancement d’une plate-forme interactive d’échanges (le pacte de santé du service public) sont déjà en perspective. 
 

Pouvez vous nous en dire un peu plus sur l'état d'avancement de ce manifeste plusieurs fois évoqué ces derniers mois, avec le projet d'ordonnance du gouvernement qui semble se préciser en toile de fond ?

Ce manifeste se compose de 4 axes de travail et 18 propositions d’évolution de la PSC pour plus d’équité, de solidarité et d’attractivité dans la fonction publique.


Alors que la crise sanitaire met les services publics de notre pays et le personnel qui les sert à rude épreuve, il est plus que jamais essentiel d'élaborer des réponses adaptées à leur fragilité et leur garantir une pleine protection sociale. Dans cette perspective, la MFP a présenté l’architecture de son manifeste politique à ses délégués. Celui-ci est attendu pour la fin de l’année, véritable plaidoyer en faveur de la santé du personnel public.
 

Équité des droits, solidarité des dispositifs, attractivité de la couverture, obligation financière de l’employeur public etc. La MFP s’attelle à renforcer tous ces principes afin qu’aucun agent ne soit laissé pour compte et puisse accéder à une couverture solide, suffisamment protectrice en santé et/ou en prévoyance et co-financée par son employeur.
 

Ces travaux permettront notamment à la MFP de s’engager sur des échanges resserrés avec les pouvoirs publics d'ici peu, notamment dans la perspective des futures ordonnances PSC, attendues en mars 2021.

 

Vous avez évoqué également la mise en place d'une plate-forme d'opinion. Comment voyez-vous les choses ? 

Le pacte de santé du service public (« pacte des invisibles »), plate-forme d’opinion, ouverte à la contribution de tous les acteurs s'intéressant à ce sujet, vise à éclairer les débats publics via l’analyse d’enquêtes et d’expertises. Cette plate-forme numérique sera lancée par un film de sensibilisation « détonnant » dans sa forme, où l’agent public « devient invisible » au regard d’une réalité : celle des millions d’agents publics de ce pays qui, exposés comme jamais et au service de tous, risquent de demeurer « les invisibles » si les récentes promesses gouvernementales en matière de santé et d’accès à une couverture complémentaire restent lettre morte.
 

Par cette communication « coup de poing », la MFP rappelle que la protection sociale du personnel public doit s’inscrire dans les priorités des pouvoirs publics. Sans des agents bien protégés et bien dans leur travail, c’est la santé de tous les Français qui pourrait être d’autant plus touchée.
 

La fragilité sociale dans la fonction publique demeure voire s’accentue même au fil des ans, donnant toute sa pertinence aux travaux de la MFP. De plus, l’union s’inscrit avec détermination dans le rendez-vous incontournable de la réforme de la PSC, lancée par le gouvernement, et renforce son rôle de lanceur d’alertes pour que les promesses faites aux agents publics se traduisent enfin par des mesures concrètes. Cette campagne nationale sera officiellement lancée en janvier 2021.

Pas encore de commentaires