Participatif
ACCÈS PUBLIC
23 / 09 / 2022 | 55 vues
Jean Meyronneinc / Abonné
Articles : 176
Inscrit(e) le 29 / 05 / 2008

Hausse sensible des ruptures conventionnelles

Une récente étude de la Dares (la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion) publiée ces dernières semaines dresse le bilan des ruptures conventionnelles de l'année 2021.(1)

 

Avec un chiffre de 454 000 ruptures conventionnelles individuelles homologuées dans le secteur privé en France métropolitaine, force est de constater  que ce processus repart sensiblement à la hausse.

Si en 2020,  sous l'effet de la crise sanitaire, une baisse de près de 4% avait été enregistrée (-3,6% exactement), la hausse se situe à +6,1 % en 2021. La Dares note aussi que les ruptures de ce type dépassent  en fait de 2,3 % leur niveau de 2019.

 

Les principaux éléments d'observation
 

Une hausse dans presque tous les secteurs d’activité


Les ruptures conventionnelles progressent notamment dans :
 

  •  la construction (+16,0 %),
  •  les transports et entreposage (+13,8 %),
  •  les activités immobilières (+13,6 %)
  • le secteur non marchand (+12,1 % dans le secteur de l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale).
     

Les reculs se situent uniquement dans l’information-communication (-4,5 %) ainsi que les activités financières et d’assurance (-0,4 %).

 

Un rebond dans toutes les régions
 

Le nombre de ruptures conventionnelles augmente dans toutes les régions de France métropolitaine


A noter que c'est en Normandie (+12,6 %), en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+10,6 %) et dans les Pays de la Loire (+9,3 %) que les hausses sont les plus significatives.


Il reste en revanche inférieur à son niveau d’avant-crise en Auvergne-Rhône-Alpes (-4,3 % par rapport à 2019), dans les Pays de la Loire (-1,7 %), en Île-de- France (-0,7 %) et en Normandie (-0,1 %).

 

Une augmentation des ruptures pour les salariés quel que soit leur âge
 

Après avoir baissé en 2020, le nombre de ruptures conventionnelles repart nettement à la hausse chez les moins de 30 ans (+6,4 %), chez  les 30-39 ans (+8,1 %) et chez les 40-49 ans (+5,2 %). Il s'accélère chez les plus de 50 ans, pour lesquels le nombre n’avait pas diminué pendant la crise (+4,1 % contre +3,2 % en 2020).

 

Un ralentissement des ruptures chez les cadres et des indemnités de rupture plus avantageuses pour les cadres

 

(1) pour plus d'infos: Les ruptures conventionnelles en 2021 (travail-emploi.gouv.fr

Pas encore de commentaires