Participatif
ACCÈS PUBLIC
02 / 03 / 2023 | 248 vues
Jean-Luc MADINIER / Membre
Articles : 1
Inscrit(e) le 02 / 03 / 2023

De la RSE des CSE en matière de tourisme

Le tourisme est un secteur qui passe trop souvent sous les radars lorsqu’on aborde les questions de responsabilité sociale et sociétale. C’est pourtant un secteur où des millions de voyageurs à travers le monde ignorent comment sont traités les salariés dans les pays de leur destination.

 

A la question sociale s’ajoute celle du respect de l’environnement. Qui n’a jamais remarqué dans les pays du sud comment la surconsommation hôtelière des ressources comme l’eau, peuvent assécher complètement les nappes phréatiques ?

 

Les acteurs, donneurs d’ordres dans les multinationales dans l’hôtellerie ou la restauration, font appel à une chaîne de sous-traitance pour laquelle ils sont en difficulté de vérifier comment des conditions de travail décentes ou des actions qui ne détruisent pas l’environnement sont mises en œuvre. La course dans ce milieu est souvent aux prix les plus bas.

 

Les phénomènes le plus marquants dans le secteur sont :

 

  • Des voyageurs du Nord de l’Europe ou des pays riches qui visitent des pays du sud en général plus pauvres.
  • Des conditions de travail mauvaises dans les hôtels ou les entreprises locales car les salariés sont soumis à des contrats courts, précaires, salariés qui échappent à l’application des conventions collectives sur la durée de travail et la rémunération
  • Qui dit précarité dit difficulté à faire valoir ces droits par les salariés concernés et rend l’implantation syndicale quasi impossible.
  • Le respect par les donneurs d’ordres des normes sociales et environnementales tout au long de la chaîne de leurs prestataires est indispensable. Cela passe entre autres, par la certification faite par des organismes indépendants et l’application des règles ou lois en vigueur : devoir de vigilance (en vigueur en France et en Allemagne) et alerte éthique. Protection des lanceurs d’alerte applicable dans tous les pays d’Europe par la directive transposée. 
  • L’aspect économique : les bénéfices tirés de cette activité ne rapportent que très peu aux pays d’accueil. Ce sont le plus souvent les pays riches qui contrôlent l’offre touristique par l’intermédiaire des tour-opérateurs, des compagnies aériennes et des croisières. 


Beaucoup de donneurs d’ordre et des agences de voyage sont dans les pays du Nord (ou en France et en Allemagne) et devraient respecter les normes et lois européennes.  Mais cela cela concerne aussi les CSE qui s'occupe des voyages pour leurs salaries. Il est important que les représentants  du personnel s empare de ce sujet.
 

La RSE si utilisée dans le cadre du dialogue social et de la négociation d’indicateurs mesurables dans le temps, peut constituer aussi un levier d’amélioration des pratiques dans le tourisme.

Pas encore de commentaires