Participatif
ACCÈS PUBLIC
08 / 07 / 2024 | 79 vues
Frédéric Neau / Membre
Articles : 7
Inscrit(e) le 09 / 08 / 2023

Classifications : où va l'UCANSS ?

Les réunions paritaires nationales et les groupes de travail classification se succèdent à l’UCANSS. L’employeur, en lien avec les orientations du gouvernement, cherche à imposer un projet qui ne bénéficierait pas à tous et accentuerait l’individualisation des rémunérations.
 

Lors des dernières réunions paritaires nationales (RPN), l’UCANSS a présenté la ventilation de l’enveloppe de 160 millions d’euros : 153 millions pour les Employés et Cadres, 4 millions pour les Agents de Direction, 3 millions pour les Praticiens Conseils. Elle a surtout cherché à dérouler son projet, tout en refusant d’offrir les garanties nécessaires au personnel revendiquées par notre organisation syndicale.

 

La fongibilité des points de compétence et la mesure pour tous


Notre syndicat  s’oppose au dispositif scandaleux de la fongibilité des points de compétence, qui exclurait les trois quarts du personnel de toute revalorisation de leur coefficient.


L’UCANSS, droite dans ses bottes, prévoit quant à elle de l’appliquer y compris pour la grille E (Etablissements) présentée en séance. L’employeur refuse par ailleurs de discuter, à ce stade, de la mesure générale et substantielle que revendique FO pour tout le personnel. Il veut aller au bout des discussions techniques sur le positionnement des métiers dans les grilles, pour réfléchir ensuite à l’opportunité d’une mesure générale, mais sans s’engager le moins du monde.


Pour nous , il faut tout de suite l’assurance que cette classification se fera au bénéfice de tous ! Il nous faut connaître la nature et le montant de l’enveloppe qui pourra être consacrée à cette mesure.


Les déclassements
 

Notre syndicat l’a rappelé : nous ne voulons aucun déclassement. Cette exigence est d’autant plus importante que ce type de disposition était contenu dans le projet UCANSS de 2018-2020, qui a échoué à la suite du droit d’opposition exercé par la CGT et FO.

L’UCANSS n’a cependant pris aucun engagement en la matière.


Positionnement des métiers dans les grilles et développement de carrière


L’UCANSS ne répertorie que onze métiers à repérer, là où notre organisation syndicale  revendique le repérage de tous les métiers, afin d’éviter les inégalités entre les collègues selon l’organisme auquel ils appartiennent.


Pour un certain nombre de métiers, l’UCANSS affiche son intention d’offrir des perspectives de déroulement de carrière en les positionnant, par exemple, sur trois niveaux au lieu de deux, comme ce serait le cas pour les Gestionnaires Conseil Sécurité sociale. L’employeur prévoit de surcroît d’« objectiver » les déroulements de carrière en définissant précisément la liste des tâches exigées pour chaque niveau au sein d’un même métier.


Mais si FO revendique le fait de donner des perspectives de déroulement de carrière aux agents, la présentation de l’UCANSS est en trompe-l’oeil. En effet, dès qu’il s’agit de savoir si les agents qui remplissent les critères pour passer au niveau supérieur bénéficieront bien de ce déroulement de carrière, la réponse de l’UCANSS est : « il  n’y aura pas d’automaticité ». Autrement dit, que cela soit au moment de la mise en place de la classification ou plus tard, les collègues qui rempliront tous les critères pour atteindre le niveau supérieur ne seront jamais certains de l’obtenir. Ils pourront mettre des années, voire ne jamais l’acquérir.


L’explication à ce nouveau scandale est donnée tranquillement par la Directrice de l’UCANSS : « la RMPP (rémunération moyenne du personnel en place) continuera de s’appliquer ». Dans le cadre de la nouvelle classification, il ne s’agit donc pas de rompre avec ce principe qui enferme
dans un carcan les dépenses liées à la rémunération du personnel. Cela risque par ailleurs de constituer un véritable facteur de dissension dans les organismes.

 

Comment expliquer que, dans un même service, deux agents remplissant les mêmes critères n’aient pas le même niveau ?


Voilà un dispositif d’individualisation des rémunérations pire encore que les points de compétence !


Un pistolet sur la tempe ?


Au cours de la dernière RPN, la Directrice de l’UCANSS a souligné la nécessité d’avancer rapidement afin de conclure un accord classification avant que le gouvernement, en quête de milliards, ne retire les 160 millions d’euros mis sur la table…


Pour nous , cette tentative d’intimidation n’est pas acceptable. Mais elle reflète les orientations d’un gouvernement qui, par ailleurs, réprime les militants et met en place une économie de guerre censée dissoudre les revendications. Nous ne céderons pas à ce chantage et ne conditionnerons pas le rythme des discussions à la volonté du gouvernement de tailler dans les dépenses publiques tout en dépensant des milliards dans les budgets militaires .

 

La négociation serait beaucoup plus rapide et beaucoup plus simple si l’UCANSS prenait en compte les revendications portées en écho aux aspirations du personnel : une classification permettant de développer les mesures automatiques et collectives au bénéfice de tous les agents de la Sécurité sociale.

 

Valeur du point : ça bloque encore


Notre organisation syndicale  affirme toujours la nécessité de l’ouverture d’une négociation rapide pour l’augmentation de la valeur du point et a interrogé l’UCANSS sur d’éventuelles avancées en la matière.


L’employeur a indiqué s’être adressé récemment sur le sujet à la direction de la Sécurité sociale, qui a répondu que les conditions n’étaient pas réunies pour l’ouverture de cette négociation.


Pour nous, cette réponse est une illustration supplémentaire de ce qui a été discuté le 9 avril dans la réunion des Secrétaires de syndicat FO : sur la valeur du point comme sur la classification, nous n’obtiendrons satisfaction que par la mise en place du rapport de force nécessaire

Pas encore de commentaires