Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 06 / 2021 | 59 vues
Laurent Aubursin / Membre
Articles : 158
Inscrit(e) le 02 / 10 / 2008

Avec la crise sanitaire, des conditions de travail fortement dégradées

On a évidemment entendu bien des assertions ou commentaires les plus divers sur le sujet depuis des mois. Mise en place par la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) du Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, l'enquête Tracov sur le vécu du travail et du chômage pendant la crise sanitaire, dont les résultats viennent d'être rendus publics, apporte un éclairage sérieux qui ne manquera pas de retenir l'attention.

 

Près de 20 000 actifs en emploi ont été interrogés entre janvier et mars 2021.

 

Si, dans leur majorité, ils estiment que leurs conditions de travail sont stables par rapport à avant la crise, ils sont tout de même plus de 40 % à faire état d’une dégradation. L’augmentation de la durée du temps de travail est notamment citée : 21 % parlent d’une intensification de leur travail. Ils sont nombreux à déclarer travailler plus longtemps qu’avant la crise sanitaire, plus souvent en horaires décalés. L’intensité émotionnelle dans le travail est également en hausse : 26 % des travailleurs déclarent être plus souvent bouleversés, secoués ou émus dans leur travail. Surtout, un travailleur sur quatre craint davantage pour son emploi qu’auparavant.
 

Toutefois, le constat est plus nuancé sur d’autres aspects des conditions de travail. Ainsi, les travailleurs qui déclarent avoir bénéficié de plus d’autonomie, de coopération et de soutien social au travail sont presque aussi nombreux que ceux qui disent l’inverse...
 

Selon cette étude, pour 54 % des travailleurs en emploi, soit à peine plus de la moitié, la crise a eu peu d'effet sur les conditions de travail mais, pour autant, plus de 40 % et, dans ce groupe, plus d’une personne sur trois parle d’une intensification du travail et d’une hausse des exigences professionnelles.
 

Ces salariés (surtout cadres ou exerçant des professions dites intermédiaires) travaillent notamment dans le secteur de la santé, de l’enseignement et du commerce de détail.
 

On notera aussi que  pour 11 % des actifs interrogés, les conditions de travail se sont fortement dégradées à cause d’une intensification du travail combinée à un manque de moyens pour correctement effectuer ses missions....

Pas encore de commentaires