Participatif
ACCÈS PUBLIC
29 / 07 / 2020 | 137 vues
CFE-CGC GFPP / Membre
Articles : 4
Inscrit(e) le 03 / 12 / 2019

Aéroports de Paris : négociations APLD, RCC et APC déjà dévoyées

Dans le cadre de la crise sanitaire liée à la pandémie du covid-19 (dont les répercussions atteignent directement l'écosystème aérien et le groupe Aéroports de Paris en particulier), la direction a imposé la négociation des trois accords suivants aux organisations syndicales :
 

  • une activité partielle de longue durée (APLD),
  • une rupture conventionnelle collective (RCC),
  • un accord de performance collective (APC).
     

La CFE-CGC était à l'initiative d'un accord de méthode pour les organiser. Toutefois, dans l'accord de méthode présenté à la signature des organisations syndicales représentatives, la direction d'Aéroports de Paris a exigé d'ouvrir les trois négociations le 26 août et de les achever le 30 septembre 2020. Ce délai est beaucoup trop court pour un déroulement serein et équilibré du dialogue social.  
 

La CFE-CGC a donc décidé de ne pas signer l'accord de méthode tel que proposé par la directionNéanmoins, la volonté et la demande de dialogue social constructif de la CFE-CGC restent intactes.


Par ailleurs, l'APLD, la RCC et l'APC ne doivent avoir qu'un seul objectif : éviter la suppression des emplois, liée à la crise que nous traversons. Il ne s'agit en aucun cas d'imposer des mesures destinées à perdurer. En effet, la déclaration du 28 juillet 2020 du président-directeur général d'Aéroports de Paris à l'AFP, indiquant qu'« il s'agit de réduire un certain nombre de rémunérations de façon, pour partie temporaire, à permettre par cette solidarité d'éviter des départs contraints » est incompréhensible et dévoie dès à présent la lettre et l'esprit des futures négociations, l'APLD, la RCC et l'APC étant des dispositifs conjoncturels et non structurels, donc strictement limités dans le temps.


La CFE-CGC s'oppose à l'effet d'aubaine, donc aux réductions de salaire et d'acquis sociaux, a fortiori si celles-ci s'avèrent définitives. 

Cette situation n'augure pas d'un dialogue social basé sur la confiance à la rentrée…

Pas encore de commentaires