Participatif
ACCÈS PUBLIC
30 / 12 / 2022 | 211 vues
DS FO Cadres / Abonné
Articles : 19
Inscrit(e) le 15 / 04 / 2021

Astek : le commerce inéquitable

Alors que tous les salariés contribuent au quotidien à la réussite de l' entreprise, la direction préfère distribuer, année après année des sommes trés importantes à ses actionnaires (45 millions d'euros en 2021) au détriment de ses collaborateurs (3 millions d'euros de participation cumulée de 2018 à 2021 pour 6 000 bénéficiaires). 


Lors de la négociation 2022 sur les salaires et le partage de la valeur ajoutée, la direction a rejeté en bloc nos revendications : revalorisation des salaires, re­valorisation des frais professionnels et des titres restaurants dont le montant est inchangé depuis 8 ans ... Face à la forte hausse de l'inflation (7% en 2022, prévision de 6% en 2023), FO a de nouveau questionné la direction sur la mise en place de mesures de pouvoir d'achat. Alors que l'entreprise fait des résultats record, les réponses de la direction en réunion du CSE sont édifiantes comme par exemple : 
 

  • Revalorisation des tickets restaurant

« Ce n'est pas une mesure que nous évaluons comme étant efficace, notamment sur un axe fort qui est la fidélisation. » 

 

  • Prise en charge des titres d'abonnement aux transports publics à 75 % pour 2022-2023

« Nous ne donnerons pas de suite favorable à cela. »
 

  • Prime de partage de la valeur

« Rien n'est prévu en ce sens comme cela a été évoqué en négociation. » 


Ainsi, pour FO, toutes les mesures liées au pouvoir d'achat annoncées par le gouvernement en faveur des salariés ne seront pas mises en place dans notre société. Pire, la direction nous répond :

« J'entends que votre axe, c'est le pouvoir d'achat. Nous n'avons pas la même vision des choses. », 


Il est clair que les priorités de l'entreprise sont aux antipodes de celles défendues par FO. L'entreprise est ainsi bien plus prompte à profiter de nombreuses aides et dispositions mises en place par l'Etat (chômage partiel= 9 M€; cré­dit d'impôts« mécénat» = l,2 M€; crédit d'impôts« recherche et développement» = 12,2 M€; allègement de di­zaines de millions d'euros de cotisations patronales ... ) plutôt que de revaloriser les salaires, les frais professionnels et de mieux récompenser les efforts accomplis par les salariés.


Dans le cadre de la négociation 2023 sur les salaires et le partage de la valeur, ouvertes avec deux mois d'avance à la demande des syndicats, FO entend bien continuer à défendre votre pouvoir d'achat et à réclamer des augmentations et des revalorisations importantes. 

 

Et chez les concurrents (quelques exemples)

Benchmark

Pas encore de commentaires