Participatif
ACCÈS PUBLIC
05 / 12 / 2022 | 180 vues
Alexandre Beau / Membre
Articles : 21
Inscrit(e) le 15 / 09 / 2021

Pilotage des régimes de branche: la stratégie de Malakoff Humanis  

Depuis 2013 et la transformation du système de désignation en recommandation dans les accords de branches, Malakoff Humanis a pris le parti de basculer «dans un nouvel univers», selon Christophe Scherrer, son directeur général délégué.


Le Groupe de Protection Sociale (GPS) a ainsi enclenché une réflexion stratégique sur un certain nombre de sujets et a notamment impulsé une nouvelle forme de dialogue avec les partenaires sociaux. Dans cette dynamique, a été lancé en 2021 le Comptoir des branches, espace à la fois physique et digital dédié aux acteurs du paritarisme. 
 


Le changement de modèle a eu d’autres répercussions, notamment l’augmentation mécanique des coûts de distribution. Cette évolution s’est par ailleurs accompagnée d’une «complexification croissante» des accords, en particulier en santé avec des architectures combinant désormais socle commun, options d’entreprise et individuelles, formules retraités, etc. 

 

Christophe Scherrer souligne ainsi le «côté inflationniste du passage de la désignation à la recommandation». Le ratio combiné des branches est de 113%, donc en perte technique (car supérieur à 100%). Alors que les coûts de fonctionnement représentent aujourd'hui 20% (5% assurance, 10% gestion, 5% distribution), l'objectif est de les ramener à 16% à horizon 2026.

 

Pour concilier cette baisse des coûts avec une qualité de service, Malakoff Humanis mobilisera plusieurs leviers :
 

  • digitalisation du parcours de vente «pour une expérience client renforcée» ;
  • affiliation automatique et accompagnement renforcé sur les déclarations Sociales Nominatives (DSN) ;
  • gestion des arrêts de travail intégralement en digital. 

 

«Nous allons concentrer nos efforts sur la gestion et la distribution», assure Nicolas Desormières, directeur des branches. Le groupe va également faire passer progressivement les taux de chargement des régimes de branche de 10% à 16%, en moyenne portefeuille, une progression qui sera lissée sur les trois prochaines années.

 

Le Groupe de Protection Sociale couvre quelque 150 branches professionnelles. L'été dernier, dans la lignée de ces travaux, il s'est retiré de quatre d’entre elles : aide à domicile, CCN 66, casinos et établissements d’enseignement privé sous contrat.


Dans sa dynamique de dialogue et de négociations avec les partenaires sociaux, le groupe annonce en outre le lancement, au premier trimestre 2023, d’un parcours de formation allant «de la maitrise des fondamentaux de la protection sociale complémentaire jusqu’au renforcement des connaissances sur des sujets plus spécifiques», certifié en collaboration avec le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers).

Pas encore de commentaires