Participatif
ACCÈS PUBLIC
01 / 02 / 2022 | 77 vues
Philippe Charry / Abonné
Articles : 64
Inscrit(e) le 29 / 08 / 2012

Orange : oui à accord intergénérationnel, non à l’accord d'égalité professionnelle

Notre fédération prend ses responsabilités en signant l’accord intergénérationnel pour sauvegarder le travail partiel senior (TPS) et en refusant de signer l’accord d'égalité professionnelle qui ne règle pas les inégalités. 

 

L'accord intergénérationnel (lien vers le projet) également signé par la CFDT et SUD est entré en vigueur le 1er janvier. Il concerne les salariés qui pourront partir à la retraite d’ici 2028. Pour les salariés qui partiront à la retraite d’ici le 1er janvier /2025, les formules de TPS définies par l’accord du 12 décembre 2018 demeurent également possibles.

 

Pour les aménagements de fin de carrière, le temps partiel aidé (TPA) qui donne la possibilité aux 55 ans et plus de passer à temps partiel est reconduit dans les mêmes conditions que dans l’accord précédent. 


Les formules de TPS proposées sont différenciées selon les métiers : pour les métiers des fonctions d'assistance, l’accord prévoit un an travaillé à 50 %, payé 70 %, puis quatre ans de temps libéré payés à 65 %, et pour les métiers de fonctions opérationnelles, deux ans travaillés à 50 % payés à 70 %, puis trois ans de temps libéré payés à 65 %.


Ces formules sont proratisables en fonction de la durée du TPS (de 18 à 60 mois). L’entrée en TPS devra impérativement se faire avant le 1er janvier 2023.

 

Le mécénat est possible dans le cadre de ces formules. Un « temps de respiration » est proposé, donnant la possibilité de vivre une expérience professionnelle ou associative en dehors de l’entreprise pour une durée de 3 à 12 mois, en milieu de carrière.


Les éléments suivants ont également été obtenus :

  • une prime d’entrée dans le TPS de deux mois de salaire brut a minima, la révision à la hausse du minima de retraite dorénavant fixé à 1 390 € bruts, en dessous duquel Orange proposera le rachat de 4 trimestres à 100 % et obtenu la révision à la hausse des minima salariaux appliqués, quel que soit le cadre du TPS à 2 000 € bruts pour les non-cadres et 2 787 € bruts pour les cadres.
  • et la hausse de la prime de tutorat à 450 € par tutoré, majorée de 150 € pour un deuxième alternant.


Enfin, suite aux multiples interpellations de notre fédération afin de garantir des conditions de travail non dégradées et afin d’assurer l’emploi, l’entreprise s’engage à recruter 3 500 alternants et 8 000 CDI sur le périmètre du groupe France.

Pas encore de commentaires