Participatif
ACCÈS PUBLIC
03 / 11 / 2021 | 79 vues
Alain ANDRE / Abonné
Articles : 25
Inscrit(e) le 09 / 06 / 2021

Engagement de développement de l’emploi et des compétences des métiers du gaz : c'est parti !

Dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, et de la réglementation environnementale 2020 (RE 2020), l’avenir des métiers du gaz soulève de nombreuses questions et crée beaucoup d’inquiétudes au sein du personnel de cette filière.


L’EDEC est l'une des réponses possibles mais à quoi cela sert-il ? 

  • L’engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC) est un accord pluriannuel conclu entre l’État et certaines branches professionnelles, dont la nôtre.



Sur la base d’un diagnostic partagé d’analyse des besoins, la négociation a débouché sur un plan d’action. Il a pour objectif d’anticiper les conséquences des mutations économiques, sociales et démographiques sur les emplois et les compétences et de réaliser des actions concertées localement. Dans le cadre de la sécurisation des parcours professionnels, il vise à renforcer l’employabilité, faciliter les gestions de carrière, fluidifier les recrutements et sécuriser la mobilité. C’est un outil de dialogue social sur les enjeux de l'emploi et de la formation, auquel nous adhérons.


Consciente de l'effet des choix économiques sur les emplois gaziers, notre fédération est impliquée pleinement dans cette démarche afin d’anticiper et de sécuriser les parcours professionnels des salariés du service public du gaz. Cette implication se traduit par notre signature de cet accord et s’inscrit sur la durée, avec la volonté affirmée d’agir pour la pérennisation des métiers du gaz, quels que soient les obstacles qu’il y aura à surmonter.

Afficher les commentaires

FO SIGNE LE NOUVEAU CONTRAT DE FILIÈRE SUR LES « NOUVEAUX SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES »

 

Le 4  novembre a eu lieu à Bercy la signature du nouveau contrat de filière sur les Nouveaux Systèmes Énergétiques.

 

Cette filière rassemble les industriels de la transition énergétique dans plusieurs domaines majeurs : énergies renouvelables, hydrogène bas carbone et renouvelable, efficacité énergétique, réseaux et stockages énergétiques. Elle emploie 210000 salariés et représente 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Les Comités Stratégiques de filière sont des émanations de la CNI (Conférence Nationale de l’Industrie) qui réunit État, industriels et organisations syndicales.

Ce Comité de filière s’inscrit dans une volonté de développer l’emploi dans ces industries tout en limitant l’empreinte carbone de notre pays.

Pour le contrat 2021-2023, de nombreux projets seront à développer : l’hydrogène décarboné, le biogaz, des projets de captage et de stockage de CO2 , de décarbonation de l’industrie française, performance énergétique des bâtiments, batteries, éolien en mer… Il accorde également une place plus importante aux réseaux qu’ils soient de gaz ou d’électricité. Il comprend enfin un important volet sur les compétences nécessaires à l’exécution du contrat de filière.

Ce contrat a été signé par :

¥ Mesdames Barbara POMPILI ministre de la Transition Energétique et Agnès PANNIER-RUNACHER, ministre déléguée à l’Industrie,

¥ Claire WAYSAND, Présidente du Comité de filière et DG adjointe d’Engie et Sylvie JEHANNO, Vice-Présidente du Comité et PDG de Dalkia

¥ Plusieurs organisations syndicales: CFTC, CFE-CGC, CFDT et FO

 

La signature de la Confédération FO découle des propositions des fédérations FO :

¥ Énergie et Mines,

¥ Métallurgie,

¥ Bâtiment.

 

En ce qui concerne FO Énergie et Mines, c’est le second contrat de filière dans lequel nous sommes impliqués puisque nous avons soutenu la signature du contrat de filière dans le nucléaire, il y a quelques mois. Cela témoigne de notre volonté et plus largement de notre Confédération de soutenir les projets innovants dans l’énergie, qu’ils concernent l’électricité ou le gaz