Participatif
ACCÈS PUBLIC
11 / 10 / 2021 | 468 vues
Philippe Charry / Abonné
Articles : 64
Inscrit(e) le 29 / 08 / 2012

La situation des cadres chez Orange

Les 42 353 cadres représentent 59,5 % de l’ensemble des effectifs (71 153) dans l'entreprise. Si les femmes constituent 37,3 % de l’effectif total, elles ne représentent que 35,8 % des cadres. Depuis des années, notre syndicat se bat pour l’accès des femmes aux plus hautes responsabilités, l’égalité dans l’évolution professionnelle, la reconnaissance des compétences et l’égalité salariale. Il reste encore de nombreux progrès à réaliser même si la situation s’améliore grâce aux mesures obtenues dans les accords signés par nous, issus des négociations salariales, intergénérationnelle, égalité professionnelle etc.

 

Les salariés de droit privé représentent 68,6 % des cadres

 

Salaire global de base moyen

 

En 2021, notre syndicat a de nouveau pris ses responsabilités et décidé de ne pas signer l’accord salarial. Nous avons toujours été signataires de l’accord salarial jusqu’en 2019 parce que le consensus servait l’intérêt des salariés. Les pressions exercées sur la masse salariale depuis 2020 sont inacceptables alors que les bons résultats de l’entreprise permettraient une politique salariale ambitieuse à la hauteur de l’implication de tous les salariés, cadres et non cadres.
 


Cette année comme en 2020, la direction d’Orange a dû recourir à une décision unilatérale pour imposer sa décision de maintenir les augmentations salariales au même niveau que l’an dernier, soit à un taux directeur de 1,8 %, c’est-à-dire le plus bas depuis 2015.

 

Or l’engagement du personnel a été exemplaire malgré la crise sanitaire et des conditions de travail très dégradées. La direction d’Orange veut imposer seulement 0,45 % d’augmentation collective et au maximum 0,35 % d’augmentation individuelle. Quant au budget de reconnaissance (de 0,55 %), il n’engendrera qu’un faible volume de promotions et de mesures complémentaires. Ces mesures ne permettent ni de reconnaître l’investissement exceptionnel du personnel (notamment des cadres) depuis le début de la crise, ni de préserver le pouvoir d’achat.

 

Notre organisation continue de revendiquer des augmentations salariales significatives notamment sur la partie fixe de la rémunération, des mesures de rattrapage pour une véritable égalité et pour régler les situations individuelles, un budget suffisant pour la reconnaissance (parts variables, promotions, participation, intéressement et primes exceptionnelles).

 

Il est inadmissible que l’entreprise sache dégager de l’argent pour augmenter le dividende (environ 2,4 milliards d’euros de dividendes au titre de 2020) et ne reconnaisse pas l’engagement de ceux qui en font la richesse.

 

Part variable managériale

 

Notre syndicat dénonce une baisse continue de la part variable managériale (PVM) en pourcentage du salaire fixe depuis 2016 alors que l’on exige toujours plus des cadres.


En 2020, les montants de la PVM versés ont subi une baisse de 4 % en moyenne, toutes bandes confondues. Pour nous, la PVM doit être un outil de motivation et de reconnaissance juste, intelligible et cohérent avec les résultats de l’entreprise. En pourcentage du salaire fixe, la part variable managériale versée en 2020 est à peu près la même pour les cadres de droit privé que pour les cadres fonctionnaires

 

Nombre de promotions

 

Sur 42 353 cadres considérés dans le bilan de l’accord salarial 2020, seuls 1 930 ont bénéficié d’une promotion, soit 4,56 %, dont 920 sans changer de bande. À titre de comparaison, 2 579 cadres en ont bénéficié en 2019, soit 5,93 % (pour un effectif des cadres de 43 488). Le pourcentage moyen d’augmentation pour promotion est de 5,9 % pour les 763 femmes, 5,4 % pour les 1 167 hommes et 5,6 % pour l’ensemble. Sur les 4 894 salariés, toutes bandes confondues, qui ont bénéficié de promotions, 39,4 % sont cadres.

 

Le chiffre du mois : 50 000 €


C’est le salaire brut annuel médian des cadres en France, selon le baromètre 2021 de l’APEC. Notons que 80 % des cadres perçoivent un salaire compris entre 36 000 € et 85 000 € brut annuels.


En moyenne, 10 % des cadres français gagnent plus de 85 000 € par an. Par ailleurs, 5,2 % d’entre eux gagnent plus de 100 000 € bruts par an. Les cadres de moins de 30 ans profitent le plus des salaires les plus élevés.


Pour rappel, chez Orange et selon les chiffres fournis par l’entreprise, le SGB médian brut annuel des cadres s’établissait ainsi en 2020 :

Cadres                                      Contractuels                              Fonctionnaires

Dbis                                           37 568                                                41 028

E                                                50133                                                  51 129

F                                                 71 527                                               70 555

 

Lire l’inFOcadres n°61 – septembre 2021

Pas encore de commentaires