Participatif
ACCÈS PUBLIC
16 / 09 / 2021 | 100 vues
Cfe-Cgc Métallurgie / Membre
Articles : 72
Inscrit(e) le 06 / 01 / 2010

La CFE-CGC NavalGroup soutiendra et accompagnera le personnel touché par l’arrêt du contrat australien

En 2016, Naval Group avait décroché un accord de partenariat stratégique avec l’Australie pour la conception et la construction de douze sous-marins océaniques, à Adélaïde. Mais l’annonce a été confirmée par le PDG de Naval Group hier soir : le client australien met fin à cet accord sur l’autel d’une alliance anglo-saxonne. Alors que les signaux étaient au vert depuis ce weekend pour enfin parvenir à débloquer la situation, le client a sifflé la fin de la partie. Selon nos sources, même les Australiens basés en France n’avaient pas vu venir le coup.


Le client se tourne à présent vers les Américains et les Britanniques pour la réalisation de sous-marins nucléaires et plus conventionnels. Il est important de rappeler que toutes les demandes du client ont été satisfaites par l'entreprise et son personnel. Le produit n'est aucunement mis en cause. La CFE-CGC félicite les équipes de Naval Group et de ses sous-traitants pour leur engagement.


L'entreprise a reçu une lettre d'arrêt pour convenance, ce qui ouvre les négociations pour sortir du contrat (transfert de technologies, propriété intellectuelle, dédommagements...).


Le contrat australien mobilisait 650 personnes en France et 350 en Australie. Les établissements de Cherbourg et de Lorient sont les plus touchés en termes de charge. L’ensemble des équipes accuse le coup et la priorité est double :

  • analyser et gérer les conséquences, notamment le repositionnement du personnel (ce point est désormais la priorité du PDG) ;
  • sortir du contrat proprement et honorer les dernières activités vis-à-vis du client.


La première préoccupation de la CFE-CGC est évidemment l'avenir des 1 000 personnes touchées par l'arrêt du contrat. Nous veillerons à ce que ces derniers soient traités avec la plus grande attention et bienveillance.

Pas encore de commentaires