Participatif
ACCÈS PUBLIC
26 / 03 / 2021 | 1350 vues
Mireille Herriberry / Membre
Articles : 15
Inscrit(e) le 11 / 12 / 2018

HSBC à l’aube de la scission de l’ex-CCF : un immense gâchis

Il y a 18 mois, les salariés d’HSBC ont appris par la presse que le groupe souhaitait se séparer de sa banque de détail en France. Cela faisait dix-huit mois que la décision était reportée de trimestre en trimestre, soumettant ainsi les salariés à l'attente et au stress. Mercredi 17 mars, la direction a convoqué les organisations syndicales pour leur dire que les négociations avec Cerberus allaient encore continuer quelques semaines.
 

Pour les salariés d’HSBC en France, cela signifie qu’ils sont à l’aube de la scission de l’ex-CCF en deux entités :

  • la banque d’investissement, la banque d’entreprises, la banque privée et l'assurance vie (environ 2 800 salariés) resteraient dans le giron d’HSBC Continental Europe ;
  • la banque de réseau et les fonctions centrales travaillant pour ce marché (soit environ 4 000 salariés) rejoindraient le groupe Cerberus.

 

Pour notre syndica, il s’agit de l’aboutissement d’un immense gâchis : en 2000, HSBC a racheté le fleuron que le CCF était alors, sixième banque française avec ses presque 12 000 salariés et plus de 500 agences, pour 11 milliards d'euros. Aujourd’hui, le groupe est prêt à se débarrasser de son réseau pour un euro symbolique afin de concentrer ses fonds propres en Asie.

 

Une expérience douloureuse et peu glorieuse

 

À ce jour, nous n’avons pas connaissance du projet industriel, ni des garanties sociales avancées par Cerberus. Les représentants de notre syndicat se battent pour sauvegarder les emplois et pour que les collaborateurs puissent enfin se projeter à moyen/long terme et se concentrer sur leur métier et leurs clients sereinement. La résilience des salariés a été poussée à l’extrême. Pour que les décisions annoncées aient des chances de succès, il va falloir réembarquer les équipes dans une dynamique motivante.

Pas encore de commentaires