Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
03 / 06 / 2019 | 483 vues
Cgt Macif Idf / Membre
Articles : 35
Inscrit(e) le 10 / 04 / 2018

Les représentants nationaux de la CGT Macif répondent à l'ex-président

Voici la réponse officielle des représentants nationaux de la CGT aux propos de l'ex-président Alain Montarant. Elle sera distribuée à l'ensemble des salariés.
 

Invitée par l'ex-président à quitter l'entreprise si elle n'est pas contente, la CGT en a discuté et, finalement, elle reste.
 

Alain Montarant, ex-président de la Macif, s’est octroyé une augmentation de salaire de 62,5 %, vous vous souvenez ? Et bien, son remplaçant la gardera car, dit Alain Montarant, « cette rémunération est normale, justifiée, je travaille beaucoup et il y a beaucoup de pression à ce poste ».


Les salariés (dont l’employeur, la CFDT et la CFE-CGC viennent d’augmenter le temps de travail), qui tombent actuellement comme des mouches en arrêt maladie, apprécieront, eux qui mènent leur quotidien à la va-comme–je-te-pousse dans une précarité nourrie par l’incertitude permanente qui touche tous les aspects de leur vie professionnelle. 


« Quels seront mes horaires ? Où vais-je travailler dans les jours qui viennent ? Que va devenir l’entreprise ? Et mon service ? Comment vais-je être affecté par les futures restructurations ? De quoi celles-ci seront-elles faites ? Comment vais-je faire pour mes enfants avec des plages horaires entre 8h00 et 20h00 ? Mon salaire va-t-il augmenter ? Vais-je garder mon métier ? Comment faire quand je ne connais pas 80 % des dossiers sur lesquels je travaille ? Comment me débarrasser de ce sentiment de mal faire mon travail et de cette boule au ventre le matin avant de prendre mon poste ? Comment ne pas bidouiller et m’exposer à des sanctions pour trouver des solutions alors que les processus et les forcements sont une entrave à la bonne qualité de mon travail ? Pourquoi  pourrissent-ils mon organisation de travail, plombant ainsi toute ma vie sous prétexte que je suis à temps partiel ? Pourquoi réduisent-ils nos missions à des tâches répétitives et sans intérêt alors que nous sommes de vrais professionnels portés par la force de conviction mutualiste ? Etc. ».


Il paraît que la direction appelle ça des irritants ; moi, ça ne m’irrite pas, ça me flingue !


Venant de confirmer cela, l’expert du cabinet Sextant alerte comme jamais sur l’état des salariés. Cela fait des mois qu’avec leur syndicat CGT, ces mêmes salariés luttent pour obtenir un calendrier de réunions sur les conditions de travail. Pour l'instant, 3 heures ont été accordées en juin.


Inutile de vous dire que ça ne va pas et que la CGT continuera encore de dénoncer et de proposer.


Sans doute très très loin de ces basses préoccupations, Alain Montarant préfère s’offusquer de la communication de la CGT sur les réseaux sociaux, laquelle dénonce les arguments du président et se font l’écho de l’indignation des salariés.
Il s’en est ému lors de l’assemblée générale du 25 mai 2019 en déclarant que notre mutuelle est bien une mutuelle et que  la rémunération du président est justifiée par le fait que ce poste n’est pas toujours facile à tenir. Selon lui, sa rémunération est tout à fait correcte pour une entreprise comme la nôtre qui fait plus de 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il ajoute que les tweets de la CGT ne visent qu’à dénigrer l’entreprise et ses collaborateurs ainsi que les élus de sociétaires. Il explique qu’après l’article du Canard Enchaîné, il a pris ses responsabilités en ne sollicitant pas de nouveau mandat. Il invite les représentants du personnel de la CGT à faire comme lui et à partir si vraiment ils considèrent que les conditions sociales sont à ce point dégradées et dégradantes. 


Ajoutons qu’il ne tarit pas de compliments à l’adresse des organisations syndicales dites responsables (entendez CFDT et CFE-CGC). On le comprend puisqu’elles accompagnent tous les projets, signent les accords et s’interdisent de critiquer l’augmentation de salaire du président.


Puisque, contrairement à l’usage, le désormais ex-président s’adresse à nous, nous lui répondons :  
 

  • dénoncer l’augmentation de salaire de quelques uns n’est rien d’autre que dénoncer l’augmentation de salaire de quelques uns ;
  • ces salariés ne se sont d’ailleurs pas spontanément indignés contre la CGT mais bien contre l’augmentation de salaire dès qu’ils l'ont su ;
  • qui porte atteinte à l’entreprise en prenant de telles décisions ? Pas la CGT ! Qui a informé Le Canard Enchaîné de ces décisions ? Toujours pas la CGT !   
  • prendre ses responsabilités consiste en l’occurrence peut-être à partir mais pas sans rendre l’argent !  

 

Enfin, pour inviter la CGT à quitter l’entreprise si les choses vont si mal, il ne faut rien connaître à la loyauté de ce syndicat qui est entièrement tourné vers les salariés. Alors recevez votre première leçon, disons que c’est justement parce que les choses vont si mal que la CGT reste, restera et grandira.  
 

Pas encore de commentaires