Participatif
ACCÈS PUBLIC
13 / 06 / 2019 | 632 vues
Isabelle Fleurence / Membre
Articles : 23
Inscrit(e) le 04 / 06 / 2016

Direction technique de la poste : la spirale infernale des baisses d'effectifs et de la qualité de service

À raison d’une diminution de 7 % par an, comme annoncé par le directeur de la direction technique (DT) en CDSP du 6 mars, dans le meilleur des cas jusqu’en 2023, nous assistons à une baisse drastique des effectifs.
 

Faut-il rappeler que sur ces deux dernières années, les réorganisations de la DT mises en œuvre début 2016 puis en septembre 2018 ont à elles seules fait fondre plus de 200 collègues des effectifs de la DT sans compter les départs naturels (retraite, TPAS, mobilité externe etc.).
 

S’il y a bien une constante, c’est que les directeurs changent mais que la régression continue. Dans ces conditions, comment ne pas s’interroger sur le maintien du périmètre d’intervention dévolu à la DT ? Comment continuer d'assurer les missions de la DT sans que la qualité de service ne régresse ? Enfin, comment se projeter si nous ne sommes plus qu’environ 900 agents en 2023, comparativement aux 1 500 agents en activité à la DT en 2015 ?
 

Ce sont notamment ces questions que nous avons posées au directeur de la DT en bilatérale, le 28 mars dernier. Les réponses que celui-ci nous a communiquées ne nous ont, hélas, pas rassurés…
 

Les scenarii selon lesquels l’intelligence artificielle (développement de la robotisation notamment) allégerait la charge de travail, la diminution du nombre de sites maintenus par la DT liée à la baisse de volume du courrier et/ou un réaménagement (voire une refonte) des entités hébergeant nos collègues du courrier ainsi que des processus eux-mêmes assurés par les « clients » en lieu et place de membres du personnel de la DT sans parler des départs naturels de collègues de la DT seraient, selon la direction, compatibles avec cette baisse d’effectifs. Nul besoin d’être expert pour comprendre que l’avenir de la DT, si les projections que la direction s’est fixées sont maintenues, n’est pas des plus florissants…
 

Nous ne pouvons cautionner de telles perspectives qui reviennent à scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Comme elle l'a déjà fait, notre organisation syndicale ne manquera pas de rappeler que nos collègues ont légitimement besoin d’être assurés du maintien de leur activité. C’est le rôle en principe dévolu à la direction...

Pas encore de commentaires