Participatif
ACCÈS PUBLIC
05 / 03 / 2019 | 33 vues
Delphine Nicodeme / Membre
Articles : 6
Inscrit(e) le 28 / 01 / 2019

Chimie-Pharma : même combat face à un dialogue social au point mort

Rien ne va plus dans les négociations sociales au niveau des branches des industries chimiques et pharmaceutiques. Portées par l’esprit libéral des ordonnances Macron, les chambres patronales France Chimie et LEEM se croient tout permis. Heureusement, la CFE- CGC (alliée à d’autres syndicats de salariés) tente de les arrêter dans leur élan et d'assurer un minimum de protection et de garanties sociales pour les salariés de ces branches.

Dans la branche de la chimie, pour la seconde année consécutive, la CFE-CGC n’a pas signé l’accord sur les minima salariaux qui était discriminatoire. Nous avons exercé notre droit d’opposition avec d’autres organisations syndicales, rendant ainsi l’accord caduc.

Également, la sécurité des biens et des personnes n’est plus la norme impérative dans la branche pour la première fois depuis 1976, France chimie ayant choisi de laisser la main aux entreprises sur le sujet. Celles-ci peuvent donc négocier des règles de sécurité moins contraignantes ! Va-t-on attendre un deuxième AZF pour réagir ? Le dialogue social étant au point mort avec France Chimie, la CFE-CGC a décidé de faire appel à la Direction générale du travail (DGT) !

Côté industrie pharmaceutique, la CFE-CGC n’a signé ni l’accord du CDI de chantier, ni celui révisant la convention collective, pour lequel elle a fait valoir son droit d’opposition.
Suite à cette déconvenue, le LEEM déclare qu’il ne négociera pas les minima salariaux de branche, négociation pourtant obligatoire et qui a lieu en début de chaque année, tant qu’il n’obtiendra pas de signature sur les accords révisant la convention collective. Afin de l’y contraindre, la CFE-CGC (alliée à d’autres syndicats représentant au total 58,37 % de voix dans la branche) demande l’intervention de l’autorité administrative pour la mise en place d’une commission mixte paritaire.

Même combat : par le biais de deux saisines officielles, la fédération CFE-CGC chimie a décidé de recourir aux services de la Direction générale du travail afin que celle-ci provoque la réunion d’une commission mixte paritaire tant dans la branche de la chimie que dans celle de la pharmacie, comme le prévoit la loi lorsqu’au moins deux organisations syndicales en font la demande.

Contacts :
Geoffroy Poirier
Représentant de la branche de l'industrie de la chimie
07 81 15 82 74
geoffroy.poirier@cfecgc-chimie.org

Isabelle Freret
Représentante de la branche de l'industrie pharmaceutique
06 73 92 12 87
freret.isabelle@gmail.com
Pas encore de commentaires