Participatif
ACCÈS PUBLIC
22 / 04 / 2015 | 7 vues
Sylvain Thibon / Membre
Articles : 194
Inscrit(e) le 07 / 01 / 2010

Avec Bolloré, le changement c’est vraiment maintenant

Vivendi, une assemblée générale qui dépote...

Sur la scène de l’Olympia, un show dynamique pour une présentation du futur Vivendi. Vincent Bolloré a animé avec brio sa première AG ouvrant l’appétit sur le proche avenir. Pas d’annonce mais un calendrier rapide et des premières décisions en mai prochain.

Une stratégie, une équipe, des moyens et du temps : conditions indispensables pour gagner selon Vincent Bolloré. Une stratégie, une organisation, une méthode semblent enfin se dessiner mais il faudra attendre encore un peu pour que cette vague du renouveau atteigne Canal+.

Premier changement : le travail en commun. Alors que toute relation étroite était prohibée avec nos cousins de Vivendi, de SFR ou d’Universal Music, Vincent Bolloré met en musique une autre stratégie basée sur l’échange et le partage. Pas la convergence des techniques, prônée à l’époque par Jean-Marie Messier, mais le rapprochement des hommes et femmes dans un groupe intégré. Nous avions toujours souligné que cela devait commencer par le haut pour qu’il y ait quelques chances de succès, c’est engagé.

Partage de la stratégie, évaluation des ressources, mise en commun de compétences : ce n’est plus un choix, c’est devenu une obligation. Enfin dirions-nous, alors que nous avons souffert pendant des années d'un cloisonnement total des activités, chacun devant rester chez soi, se faisant tancer s’il développait des relations trop étroites avec le siège de Vivendi ou de SFR. 

Temps perdu, entreprises affaiblies et incompréhension, y compris pour les représentants du personnel. Il était de mauvais ton de partager les expériences chez Vivendi, échanger sur la stratégie, expliquer les dysfonctionnements internes, proposer des remèdes et des idées… Participer à une réunion coté arc de triomphe au siège de Vivendi, c’était prendre le risque de se faire tancer au retour ou pire, d’être mis au placard. Pas de relation avec nos cousins proches ou éloignés, c'était la loi du non-dit…

Cela semble maintenant relever du passé. Tant mieux ! Aujourd’hui, en quelques mois, Vincent Bolloré a changé la donne. Finie la holding éloignée de ses entreprises, finie l’absence de dialogue entre filiale, détruite la muraille de Chine que chaque patron d'entreprise avait érigée pour mieux protéger son pouvoir. C’est déjà une révolution !

Enfin ! Que de temps et d’énergie perdus, que d’argent dilapidé, que de projets avortés, que d'entreprises étouffées, que de compétences déçues par une politique absurde du « chacun chez soi ».

Pour gagner ce pari, il faudra également s'attaquer au social. Sous les coups de boutoirs d’une politique passéiste, le tissu social de Canal+ s’est délité et appauvri. Syndicats mis au pas, monologue plus que dialogue, cette politique de la contrainte ne colle plus avec la nouvelle ambition d’un groupe modernisé, ouvert respectueux des employés qui le composent.

Parler le même langage, celui de la raison, moins d'autoritarisme, moins de soumission pour un partenariat constructif et gagnant avec les partenaires sociaux.

Accepter un contre-pouvoir, c'est reconnaître que l'on peut gagner ensemble plutôt que de prendre le risque de perdre seul. Le renouveau social impatiemment attendu par une majorité de salariés et de partenaires sociaux sera un gage supplémentaire de réussite à court terme. 

Il n’existe pas encore sur le marché d'outils pour mesurer les conséquences sur l'entreprise d'une politique sociale inadaptée. C'est bien dommage car nous sommes persuadés que les difficultés dans notre entreprise en France proviennent en partie de mauvais choix sociaux. Restructurations incomprises, déménagements permanents, départs contraints de très nombreuses compétences : nous aurions voulu affaiblir la structure que nous n'aurions pas fait autrement ! 

Tout cela pourrait rapidement relever du passé. Une nécessité et une obligation, dans notre entreprise meurtrie par le mal-être et l'épuisement professionnel : des phénomènes en progression importante et inquiétante ces derniers mois.

La réussite économique du nouveau Vivendi passera aussi par le renouveau social chez Canal+. D'une méthode inadaptée et contraignante, antinomique avec notre ADN, nous devrions favoriser l’émergence le retour au respect, à l'échange, au dialogue ouvert et constructif et plus sa caricature.

La récente assemblée générale de Vivendi ouvre quelques espoirs. À l'abordage !

Pas encore de commentaires