Participatif
ACCÈS PUBLIC
15 / 02 / 2019 | 157 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1616
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Malakoff Médéric Humanis : les grandes orientations stratégiques seront annoncées au printemps 2019

Entretien avec Alain Gautron, vice-président de l’association sommitale Malakoff Médéric-Humanis.

Dans un contexte de forte concentration des acteurs du secteur de la protection sociale, le rapprochement des groupes Malakoff Médéric et Humanis est aujourd’hui effectif. Quelles motivations ont été à l’origine de ce rapprochement ?
Face aux nombreux bouleversements réglementaires, économiques, sociaux, démographiques et technologiques qui touchent leur secteur, les groupes de protection sociale ont opéré un important mouvement de concentration. Par ailleurs, la création au 1er janvier 2019 de la fédération unique AGIRC-ARRCO pour l’activité de retraite et la mise en œuvre de la deuxième phase du plan d’économies décidé par les partenaires sociaux, nous ont menés à étudier le rapprochement des deux groupes. Très vite, il nous est apparu évident qu’il était nécessaire de rassembler l’ensemble de nos activités pour que ce rapprochement fonctionne : retraite complémentaire et assurance de personnes.

Le groupe ainsi créé est en mesure de relever les défis industriels, financiers, réglementaires et numériques liés à la transformation de son environnement pour continuer d'améliorer la protection sociale de l’ensemble de ses clients.

Ce rapprochement est une réussite à mettre au crédit du paritarisme et des partenaires sociaux et montre que ces derniers savent prendre leurs responsabilités en matière de gestion de la retraite complémentaire et de la couverture de santé et de prévoyance de nos concitoyens.

Entre la décision de rapprochement et le lancement opérationnel de Malakoff Médéric Humanis, les choses sont allées très vite. Comment va s’organiser ce groupe ?
En effet, ce calendrier est vraiment unique dans le paritarisme. En une année seulement, nous avons pris les décisions politiques et stratégiques permettant de créer le groupe Malakoff Médéric Humanis au 1er janvier 2019. Depuis cette date, il dispose d’une seule association sommitale et d’une SGAM faîtière. Nous avons veillé à maintenir un équilibre entre Malakoff Médéric et Humanis, au sein des représentations syndicales comme du MEDEF.

Thomas Saunier (directeur général opérationnel du GPS Malakoff Médéric Humanis) a composé un comité exécutif dont chaque membre a maintenant pour mission de définir l’organisation des directions dont il a la charge.

Les grandes orientations stratégiques seront annoncées au printemps 2019. Elles seront discutées et validées par les organes politiques du groupe. Le projet d’entreprise et le positionnement de marque qui en découleront seront portés par un nom définitif et une nouvelle identité visuelle dès 2020. La volonté de la gouvernance comme de la direction générale est de construire ce projet d’entreprise de façon participative. Pour ce faire, un dispositif de concertation et de mobilisation de l’ensemble des collaborateurs est en cours de déploiement.

Quel est le poids de Malakoff Médéric Humanis sur son marché ?
Avec 426 000 entreprises clientes en assurance de personnes, 10 millions de personnes assurées en santé et en prévoyance et des recommandations auprès de 93 branches professionnelles, Malakoff Médéric Humanis devient le leader de l’assurance collective de personnes, avec 17 % de parts de marché.

Concernant l’activité de retraite complémentaire, le groupe compte 600 000 entreprises clientes et gère les cotisations et les allocations de 15 millions de personnes.

Avec plus de 6 milliards d'euros de fonds propres, Malakoff Médéric Humanis est financièrement solide et affichera un ratio de solvabilité supérieur à 200 %. Il y aura une fusion des deux institutions de prévoyance Malakoff Médéric Prévoyance et Humanis Prévoyance. Le pôle mutualiste représentera près d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires.

Quels sont les ambitions et les axes de travail prioritaires du groupe à court et moyen termes ?

En avril 2019, une offre unique de produits et services Malakoff Médéric Humanis sera distribuée par les réseaux commerciaux unifiés sur l’ensemble du territoire.

En matière de prévention notamment, les services restent l’axe de différenciation majeur du nouveau groupe et nous allons continuer d'investir dans leur développement. Sur ce plan, avec sa démarche « entreprise territoire de santé », Malakoff Médéric disposait d’une réelle avance sur la concurrence.

Nous allons également continué d'investir dans l’innovation, le numérique et les données pour accélérer la transformation du groupe, développer notre offre de services et proposer une expérience client unique. À cette fin, nous avons créé un fonds d’investissement de 150 millions d’euros dédié aux start-ups dans les domaines de la santé et des services aux entreprises en 2018.

Enfin, en tant que groupe à but non lucratif, nous allons également renforcer nos engagements sociaux afin d’aider nos assurés fragilisés. Dans ce cadre, pour défendre le pouvoir d'achat de nos clients individuels (notamment les retraités), nous avons créé un fonds d'aide sociale doté de 5 millions d’euros destiné à intégralement compenser la hausse des tarifs en 2019. Nous allons aussi renforcer nos engagements sociétaux sur de grandes causes : le handicap, le cancer, la perte d’autonomie, les aidants ou le bien-vieillir.

Quel sera l’effet du rapprochement sur l’organisation du groupe, les métiers et les emplois ?
Nous avons pris des engagements sociaux forts dans le cadre du rapprochement : aucune mobilité géographique contrainte en dehors du bassin d’emploi, pas de baisse de classification des emplois, ni de licenciement économique contraint. La pyramide des âges au sein du groupe est à notre avantage et nous aidera à trouver les synergies attendues. Par ailleurs, nous allons internaliser des prestations jusqu’alors externalisées. Certains collaborateurs seront accompagnés dans une évolution de compétence ou de métier. Les synergies attendues nous permettront des gains de productivité estimés à 100 millions d’euros sur les quatre prochaines années.

Désormais, nous formons un seul et même groupe. Les équipes travaillent à la construction du projet d’entreprise et d’une culture commune axée sur la transversalité, l’agilité et la responsabilisation de tous les collaborateurs. Les discussions sur le futur statut commun viennent de débuter mais cinq accords collectifs sous l’appellation Malakoff Médéric Humanis ont déjà été signés.

Pas encore de commentaires