Participatif
ACCÈS PUBLIC
29 / 03 / 2017
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1621
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Services publics de proximité : une cote d’amour au plus haut

Une enquête d’opinion menée mi-février et dont les résultats (*) ont été dévoilés la semaine  dernière à l'occasion du lancement du débat national sur le service public de proximité « utile aujourd'hui, utile demain », initiée par la MNT, Smacl Assurances et le CSFPT, confirme l’attachement des citoyens à leurs services publics locaux et de proximité. Une large majorité souhaite leur maintien voire leur développement.

Ces services englobent l’état-civil, l’urbanisme, la sécurité et la prévention (police municipale, pompiers…), les services pour les personnes âgées et dépendantes, les services pour la petite enfance (crèches municipales…), ceux d’aides à l’emploi et à l’insertion professionnelle...

L’enquête révèle que 69 % des personnes interrogées sont attachées à cette panoplie de services que 58 % utilisent régulièrement. Si 67 % les jugent de qualité, 62 % les estiment efficaces et en adéquation avec les besoins.

Les services de propreté et de sécurité sont les préférés des usagers. La bonne image des pompiers s’élève à elle seule à 96 %. Plus largement et selon les domaines, les usagers sont entre 85 % et 95 % à juger les services utiles. La cote d’amour des agents publics semble être liée à leur degré d’éloignement.

En effet, si 75 % des personnes interrogées ont une bonne image des agents de leur commune, seulement 67 % ont une bonne image de ceux travaillant à l’intercommunalité, 60 % concernant les agents du conseil départemental et 59 % pour ceux du conseil régional. Entre 62 % et 83 % des gens estiment toutefois que les agents dans leur ensemble sont efficaces, compétents, utiles et ont le sens du service.

Dans un contexte de fragilité financière de collectivités locales mises à la diète par l’État qui réduit le montant de ses dotations, 84 % des personnes interrogées souhaitent le maintien ou le développement de l’offre de services.

En majorité, elles n’accepteraient pas pour autant de payer davantage d’impôts locaux. Signe encore de l’attachement des usagers à ces services publics locaux, 70 % des personnes interrogées (4 047 personnes dans 8 régions) s’opposent au transfert intégral de la gestion de ces services au secteur privé.

(*) Le résultat détaillé du sondage réalisé par l'IFOP  sur « les Français et leurs services publics de proximité ».
Pas encore de commentaires