Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
17 / 07 / 2019 | 217 vues
Vincent Hernandez / Abonné
Articles : 78
Inscrit(e) le 16 / 10 / 2012

Régime de retraite des IEG : un rapport de la Cour des comptes à charge tombe à point nommé

Par une dépêche AFP datée d’hier soir, nous avons appris que la Cour des comptes s’était livrée à une charge sans précédent contre les acquis sociaux du personnel actif et retraité des industries électriques et gazières, en préconisant une accélération de la « réforme » des régimes spéciaux.
 

Notre fédération dénonce vivement cette attaque en règle de la Cour des comptes, tant sur la forme que sur le fond.
 

Sur la forme, le fait d’apprendre par la presse le contenu de ce rapport démontre l’absence de toute considération que manifeste ce haut lieu de l’idéologie ultralibérale à l’endroit des organisations syndicales.
 

Certes, elle nous avait reçus en mars dernier mais nous n’avons absolument pas été entendus.
 

C’est d’ailleurs ce que nous avions indiqué dans le compte-rendu que nous avions fait à l’issue de cette audition car nous ne nous faisions aucune illusion sur leur attitude.
 

Mais le résultat est encore plus affligeant tant il est totalement empreint d’une mauvaise foi qui discrédite ses auteurs. Jugez plutôt...
 

Quand la Cour des comptes demande « une meilleure efficience dans la gestion des caisses de retraite », sait-elle que la CNIEG a été plébiscitée pour la qualité de sa gestion par le MEDEF lui-même ?
 

Lorsqu'elle demande « une transparence accrue des financements », elle feint d’oublier que toutes les décisions prises pour notre régime ont été débattues et votées par la représentation nationale.
 

Quand elle demande une « accélération de l’alignement avec les règles de la fonction publique », elle outrepasse son rôle et n’a aucune légitimité pour remettre les règles existantes en cause.
 

Là, elle n’y va pas de main morte :
 

  • réexamen des conditions permettant un départ précoce à la retraite, c’est-à-dire des services actifs lesquels ont pourtant été profondément réformés en 2010,
  • abandon des règles sur les modalités de calcul des pensions lorsqu’elles diffèrent de celles de la fonction publique,
  • et remise en cause des avantages en nature pour les retraités.
     

Notre organisation syndicale rejette avec virulence toutes ces préconisations qui ne visent qu’à casser encore plus notre régime de retraite.
 

D’une façon générale, ce rapport rendu à propos de trois régimes (RATP, SNCF et IEG) nie totalement la spécificité de notre régime.
 

La Cour omet ainsi sciemment de souligner que les IEG ont versé plus d’un milliard d’euros à la solidarité inter-régimes ces dernières années.
 

Il est clair que ce rapport, d’ailleurs commandé par le Sénat, a été rédigé sur ordre alors que le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, doit rendre ses propositions au gouvernement sur la mise en place d’un régime universel par points publiques, le 18 juillet prochain, dont on voit bien qu’il va être destructeur pour nos garanties sociales.
 

Au moment où le gouvernement s'empêtre dans le scandale affectant François de Rugy, qui avait lui-même attaqué le tarif agent, ce rapport de la Cour des comptes arrive à point nommé pour tenter de faire diversion.
 

La ficelle est un peu grosse.
 

Cela ne trompera que tous ceux qui ne cherchent qu’à remettre les acquis sociaux en cause, fruits de la lutte de nos anciens.

Pas encore de commentaires