Participatif
ACCÈS PUBLIC
03 / 11 / 2020 | 334 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1584
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

« Pour la construction, permanente, d’un modèle de management public » - Mathilde Icard, présidente de l’association des DRH des grandes collectivités

L’Association des DRH des grandes collectivités territoriales (ADRHGCT) est très présente, depuis des années,  dans les débats et réflexions portant sur  les différents sujets concernant la Fonction Publique, et plus particulièrement la Fonction Publique territoriale. Mathilde Icard, nouvelle Présidente de l’Association des DRH des grandes collectivités, a bien voulu répondre à mes questions.
 

Au moment où vous vous prenez la responsabilité de l'Association des DRH des grandes collectivités, pouvez-vous nous rappeler l'approche et la démarche de l'Association

Je connais l’Association des DRH des grandes collectivités depuis toujours ! Depuis mon entrée dans la Fonction publique territoriale, il y a 15 ans. Il y a une approche qui transcende les femmes et les hommes qui ont pu la présider.
 

L’Association des DRH des grandes collectivités, c’est une vision constructive de la fonction RH, des valeurs historiques de respect, de transparence et de responsabilité, des combats en matière d’égalité professionnelle et de la prévention, la défense d’un statut de la Fonction publique moderne, souple et en phase avec les fondamentaux inscrits dans la loi de 1983, l’engagement pour un dialogue social fort et constructif.
 

L’Association c’est un espace d’échanges entre pair.es qui aide dans le quotidien de travail et nous permet de prendre du recul. C’est aussi, en s’appuyant sur la richesse des expériences de ses membres et ses valeurs, une Association qui contribue au débat public sur les enjeux RH, qui prend des positions dans le cadre des projets de réforme, qui organise des colloques en croisant les regards sur les problématiques RH et nous aide à construire l’avenir.

 

Quel  bilan tirez vous des initiatives prises ces derniers mois [par l’Association] dans les cadre des profondes réformes engagées par le Gouvernement dans la Fonction Publique ?

 

Nous sommes engagé.es, très présent.es. Je suis fière de nos initiatives. A chaque projet de réforme, nous nous mobilisons et nos contributions sont souvent prises en compte. Notre posture n’est pas politique. Elle s’appuie sur notre légitimité technique grâce à l’expérience de ses adhérent.es et notre vision prospective.
 

Quels seront les principaux axes de travail que l'association entend développer à court et moyen terme ?
 

Pour les prochains mois, d’abord poursuivre l’immense travail qui a été fait sous la présidence de Johan Theuret. Les membres du Conseil d’Administration ont chacun.e une fonction/un secteur de prédilection, ce qui nous permet d’être sur tous les sujets RH ! Avant tout, être au service des adhérent.es : les accompagner dans les enjeux du quotidien, anticiper les réformes, capitaliser les bonnes pratiques. En ce moment, nous sommes fortement mobilisé.es sur la crise tout en essayant de mener à bien les chantiers imposés par le calendrier des réformes, difficile à tenir d’ailleurs : LDG (lignes Directrices de Gestion), plan égalité professionnelle, réforme du temps de travail…,

 

En ce qui concerne l’accompagnement des membres de l’association des DRH en cette période inédite : nous sommes dans une démarche itérative. Nous construisons en marchant. La prise de recul est importante dans les périodes complexes. C’est pourquoi le thème de notre colloque du 2 octobre dernier, accessible sur notre site internet, portait sur le lien entre la crise et la fonction RH. Nous avons d’ailleurs conclu nos propos sur des travaux à venir sur l’accompagnement des agent·es par la DRH après une période d’isolement dû au virus : accompagner, sans stigmatiser, aménager des postes ; accompagner les collectifs dans un contexte d’évolution de l’organisation du travail ou du temps de travail…
 

Nous continuerons également à alerter et à contribuer aux actions permettant de gérer au mieux cette crise. Je reviens un instant sur notre demande formulée, il y a près de deux mois, de suspension de la journée de carence. La suspension de la journée de carence est une nécessité pour les agents publics dans la période inédite que nous vivons. Chacun.e est responsable de tous, la crainte de perdre un part de son revenu ne doit pas y faire obstacle. Tout doit être mis en œuvre pour ne pas compromettre la confiance entre les individus. Le message incompréhensible avec ce maintien génère un coût social important, sans parler du coût économique.

 

Parmi nos axes, il s’agit aussi, de faire entendre la voix des DRH territoriaux dans les préparations des réformes nationales : dernièrement, nous avons adressé une contribution à la Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques dans le cadre de la préparation de l’ordonnance santé et famille. Nous travaillons actuellement une contribution sur la protection sociale complémentaire. Nous serons également présent.es sur la réforme des instances médicales, la préparation de la fusion des instances CT/CHSCT. Nous suivons également avec une grande attention la préparation du cadre pour la négociation collective dans la Fonction publique. Nous sommes favorables à la négociation collective dans la FP.

 

L’Association des DRH des grandes collectivités territoriales s’est toujours engagée pour la promotion du dialogue social. A ce titre, elle soutient le développement de la négociation collective dans la Fonction publique à condition que des effets normatifs y soient adossés.  Sur les thématiques de négociation, nous avions proposé à la mission mission Esch-Vigouroux-Rouquette en janvier 2020, de prévoir dans le périmètre de négociation, les politiques de rémunération et de carrière des contractuel·les. La négociation collective doit fournir le cadre de dialogue social et de transparence adapté pour déterminer les principes de déroulement de carrières et de rémunération des contractuels. J’insiste aussi sur le calendrier. Cet outil intéressant nous sera utile pour construire un cadre de dialogue social pour les chantiers émanant de la loi de Transformation de la Fonction Publique. Et je rappelle d’ailleurs qu’il nous faudrait plus de temps sur les Lignes Directrices de Gestion. Ce n’est pas une façon de faire du bon travail avec les organisations syndicales. Il y aura forcément une clause de revoyure en 2021 avec un calendrier aussi resserré pour les LDG.

 

Voilà pour un aperçu de notre actualité... il y a bien d’autres sujets que vous pourrez suivre au travers de notre site et de nos comptes ! Sur le moyen terme, nous souhaitons développer également des partenariats avec la recherche autour notamment des évolutions du travail, les nouveaux usages (digitalisation) ainsi que le rapport entre sens du travail et service public.

 

Vaste programme donc avec certainement des sujets prioritaires ?

 

 Tous les sujets RH me passionnent mais s’il ne fallait en retenir que deux, ce serait la construction – permanente - d’un modèle de management public. Dans ma carrière, j’ai vu les effets contreproductifs des modèles du privé plaqués au public. Nous avons beaucoup à apprendre du secteur privé mais une transposition est inappropriée pour le service public. J’ai fait l’expérience, à certains moments, d’autres modèles et suis convaincue qu’il existe une voie plus adaptée. Une voie qui tienne compte de notre identité, de notre patrimoine, des solidarités, du rôle essentiel des organisations syndicales, des collectifs, source de sens au travail et donc de qualité du travail et donc de performance du service public.
 

Et deuxième point : la prévention en plaçant le travail et donc les agent.es au cœur de la réflexion. La prévention est le levier – quasiment – l’unique des employeurs aujourd’hui. Il y a tant à faire en la matière. Aussi bien en ce qui concerne les modalités de financement du risque maladie et statutaire, les instances, les acteurs. C’est l’un des fils rouges de l’association et nous continuerons à faire des propositions dans le cadre des débats à venir sur le Plan Santé au Travail notamment.

Pas encore de commentaires