Participatif
ACCÈS PUBLIC
13 / 02 / 2023 | 95 vues
Victor Waknine / Membre
Articles : 32
Inscrit(e) le 01 / 08 / 2009

Et si on mobilisait le CSE pour le scoring de performance sociale des employeurs ?

Le bilan social ou BDES censés faire partager entre les parties prenantes, de ce que l'on appelle désormais la SQVCT, la data-sociale en santé, sécurité, et employabilté existe depuis 1977 (rapport Sudreau ). On en fait quoi pour l'ambition de prévention et d'employabilité ? Une lecture approfondie via les art 4121 et 6321 du code du travail sur santé, sécurité et employabilité peut éclairer les CSE et les Directions sur la prédictivité de ces 3 risques sociaux  majeurs.


L'intérêt de la data-sociale à impact a été souligné dans la nouvelle loi Prévention en SQVCT pour 2023-2025. 
 

La plupart des directions lancent des sondages déclaratifs et subjectifs complètement biaisés au lieu de mesurer les impacts par la data sociale objective sur la productivité en ETP/€ . Mesurer pour comprendre et comprendre pour agir. Pour illustrer cette possibilité, nous offrons a tous les CSE un scoring d'impact social sur les 3 risques majeurs des obligations 4A21 et 6321 et son comparatif sectoriel, via l'IBET, l'Indice de Bien Etre au Travail .


Ainsi en commission CSSCT, le débat peut s'instaurer sur de la data-preuve et pas sur du subjectif déclaratif, comme pour l'économique, en abordant les points de prévention SQVCT : employabilité, démissions, recrutement, management responsable. De plus, cela permet d'embarquer le CSE sur le critère S du Social des risques durables ESG.

Pas encore de commentaires