Bip Bip
ACCÈS PUBLIC
21 / 07 / 2023 | 148 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4160
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Travailler pour soi, sur son temps de travail de salarié : éloge du travail en perruque d'hier et d'aujourd'hui

La première édition du prix « Les Bulles du Travail » créé par Technologia récompense Le Pas de la Manu de Baptiste Deyrail aux Editions Actes Sud. Une bande dessinée qui fait un éloge du travail en perruque dans une usine emblématique d'armement de Saint-Etienne, dans les années 60. 


Le Pas de la Manu

 

Quand le patron d'une usine d'armement fait creuser les fondations de sa piscine à l'explosif de la main experte de l'un de ses ouvriers, passé maître dans l'art du travail en perruque, on est plongé dans l'ambiguïté d'une pratique interdite mais que les directions ne peuvent pas empêcher. Seuls les moins malins se font sanctionner, pour l'exemple. Le Pas de la Manu, la bande dessinée primée le 12 juillet dans le cadre de la première édition du prix « Les Bulles du Travail »  se déroule, dans les années 60, dans une usine d'armement emblématique de Saint-Etienne où les ouvriers prennent des espaces de liberté en usant à leur compte et sur leur temps de travail des outils de production. Une forme de résistance du quotidien, en marge des actions syndicales.  
 

  • Un nouveau prix créé par Technologia avec le soutien de Up Coop  et du Crédit Mutuel Alliance Fédérale qui prolonge le Prix du Roman d’Entreprise et du Travail dont la 13ème édition a récompensé "Et ils dansaient le Dimanche" de Paola Pigani aux éditions Liana Levi. 

 
Dans Le pas de la Manu, notre expert en explosif fabrique dans l'usine le moteur de son futur voilier. Un temps où le travail en perruque se traduisait avant tout par un détournement matériel des moyens de production. Aujourd'hui, avec la numérisation, il se traduit avant tout par un détournement du temps de travail. De quoi interroger le lien avec un absentéisme dont le taux n'a de cesse de progresser...