Participatif
ACCÈS PUBLIC
15 / 06 / 2022 | 127 vues
Christine Besseyre / Membre
Articles : 11
Inscrit(e) le 04 / 06 / 2016

Déploiement des premiers outils d’Intelligence Artificielle à la Poste : il faut un accord de méthode

La Poste annonçait le 21 avril dernier de nouvelles fonctionnalités dans la gestion des plannings des Responsables d’Exploitation (RE) du Réseau. De nouvelles fonctionnalités permettront de proposer aux RE des scénarii de planning « clé en main » qu’il leur appartiendra de modifier ou de valider. Les RE resteront cependant décisionnels et pourront paramétrer l’application en fonction des nécessités de service et des particularités de leur terrain.

 

L’objectif mis en avant est la simplification de la planification des ressources considérées comme particulièrement chronophages. Pour autant, le développement des premiers modèles d’Intelligence Artificielle entraîne de nombreuses transformations dont nous devrons bien mesurer toutes les conséquences.

 

Notre fédération est favorable aux innovations dès lors qu’elles apportent, dans la transparence, une plus-value pour tous ses salariés. L’IA ne doit en aucun cas être un vecteur de la dégradation de nos conditions de travail. Dans cet esprit, un développement anarchique et non concerté des nouveaux outils utilisant l’IA serait contre-productif.

 

À ce jour, nous regrettons que de nombreux outils ne sont toujours pas considérés et traités comme des réorganisations, qu’ils portent ou pas des gains de productivité. Ils échappent ainsi trop souvent aux instances du dialogue social, à toute concertation. Toutes les nouvelles fonctionnalités POP destinées aux RE ou même les indicateurs de pilotage générés par l’outil n’ont pas été présentés en détail par La Poste.

 

À titre d’exemple, si nous n’y prenons pas garde, ces nouveaux outils pourraient se transformer, à terme, en instruments de surveillance de tout l’encadrement sans que celui-ci n’en soit informé. En clair, tout ce que vous faites sur votre poste peut être enregistré et collecté toutes les fenêtres ouvertes sur votre ordinateur, les logiciels utilisés, les mails, les tchats, etc. Comme éléments intrusifs, on ne peut guère faire pire…

 

À la suite de notre intervention sur certaines branches de La Poste, celles-ci prétendent vouloir identifier les problèmes techniques afin d’apporter une réponse efficace dans la résolution des irritants que vous pouvez connaître quotidiennement. Sur ce point, nous ne pouvons qu’être d’accord, mais nous réclamons davantage de transparence !

 

C'est pourquoi nous exigeons  que tous les outils utilisant des algorithmes (logiciels, applications mobiles, espaces numériques…) à disposition de La Poste soit présentés aux instances représentatives du personnel, que l’avis du CHSCT soit rendu, que nous prenions connaissance de tous les tenants et aboutissants concernant les objectifs recherchés.

 

Notre organisation syndicale réclame également la nature des données collectées :
 

  • Qui les collecte ?
  • Qui bénéficie de l’accès ?
  • Combien de temps sont-elles conservées ?

 

En dernier lieu, si les données d'un ordinateur sont collectées, les salariés ont  aussi un droit de regard sur celles-ci : alors quelle serait la démarche pour avoir accès au recueil de celles qui les concernent ? Bref, toutes ces éléments ne  seront sûrement pas communiquées lors des furtives présentations faites sur les différents sites. Notre propos n’est certainement pas de « crier au loup » mais de nous assurer d’une véritable concertation qui permettra de sécuriser pour tous les conditions de déploiement de l’IA. Ces nouveaux outils sont et seront pourtant au centre de la transformation de tous les métiers.

 

Pour nous , leur apparition, leur industrialisation ou leurs évolutions ne doivent en aucun cas se faire dans la clandestinité et la défiance. Sans angélisme, il est aujourd’hui essentiel d’intégrer toutes les facettes de l’IA dans la conduite du changement et du dialogue social.


Aussi est-il urgent, de s’appuyer sur un accord de méthode pour le déploiement de l’IA au sein de notre groupe.

Afficher les commentaires

 

 

DeepMind est une entreprise appartenant à Google, spécialisée dans l’Intelligence Artificielle. Elle a présenté sa nouvelle IA nommée Gato, capable d’effectuer plus de 600 tâches différentes en comparaison aux IA plus traditionnelles généralement spécialisées dans une tâche unique. La révolution qui s’annonce est différente de toutes les autres.

 

L’intelligence artificielle va cognitivement entrer en compétition avec des humains. Et même si les conséquences sont encore très difficiles à mesurer, tout ce qui est automatisable risque à terme de l’être, quel que soit le secteur concerné. Ainsi on estime que 85 % des métiers exercés en 2030 n’existent pas encore. Un véritable défi pour Orange en matière de formation, de recrutement et d’attractivité des jeunes talents.

 

Combien d’emplois seront remplacés par l’Intelligence Artificielle, notamment dans les domaines du déploiement et de l’exploitation du réseau ou encore dans les technologies de l’information et de la communication ?

 

Pour FOCom, l’entreprise doit se donner les moyens d’anticiper le monde du travail de demain, condition sine qua non pour sauvegarder sa compétitivité. Cela nécessite, entre autres, des investissements ambitieux dans la formation et le développement des compétences, un véritable accompagnement dans l’utilisation des outils digitaux mais aussi une meilleure reconnaissance du personnel, facteur clé de réussite des transformations à venir.