Participatif
ACCÈS PUBLIC
09 / 04 / 2018 | 110 vues
Audrey Minart / Membre
Articles : 186
Inscrit(e) le 25 / 07 / 2011

Quelles indemnités de base en cas d’incapacité ou d’invalidité et quels compléments de la prévoyance ?

En imaginant que le salaire perçu au cours des 12 mois précédents l’arrêt de travail ait été établi à 30 000 €, le salarié recevra une indemnisation de 3 750 € par an, soit 312,50 € par mois, en cas d’incapacité partielle permanente (IPP) de 25 % ce qui correspond au seuil d’éligibilité des dossiers de reconnaissance des affections psychiques par la branche accident du travail et maladie professionnelle de la Sécurité sociale. Les contrats de prévoyance collective ne font généralement intervenir l’assurance qu’au-dessus d’un taux d’incapacité de 33 %, voire 66 %.

En optant pour l’invalidité, le salarié perçoit une pension de la Sécurité sociale, calculée sur la base du salaire annuel moyen perçu pendant les dix meilleures années d’activité. La pension mensuelle est de 282,78 € minimum à 1 655,50 € maximum. « Mais le véritable avantage de cette pension est donc surtout qu’elle est le plus souvent complétée, elle, par les régimes de prévoyance, au moins jusqu’à 90 %, voire plus selon les contrats », explique la psychanalyste Marie Pezé, responsable du réseau des consultations de souffrance au travail.

Retrouver la suite dans notre décryptage : Indemnisations des affections psychiques : incapacité ou invalidité ?

Pas encore de commentaires