Participatif
ACCÈS PUBLIC
08 / 07 / 2024 | 77 vues
Social Nec Mergitur / Membre
Articles : 275
Inscrit(e) le 25 / 11 / 2011

Paris : l’inauguration de la Médiathèque James Baldwin de nouveau annulée pour cause de grève !

L'établissement devait ouvrir ce samedi après plusieurs reports. Un calendrier jugé intenable par l’équipe et les syndicats

 

« Nous avons promis une médiathèque et nous nous apprêtons à ouvrir un hangar » c’est en une phrase, rapporté par Télérama, la situation actuelle, selon les personnels de la médiathèque James Baldwin, située dans le quartier de la Place des Fêtes dans le XIXème arrondissement. Plusieurs fois reportée, ce qui a valu son poste au directeur de l’époque, son ouverture devait finalement avoir lieu ce samedi 6 juillet selon les souhaits de la mairie de Paris.
 

Ce qui finalement n’aura toujours pas été le cas, car l’équipe était en grève à l’appel des syndicats CGT, FO et FSU. De leur côté les élus, dont Aurélie Filippetti, directrice des affaires culturelles, étaient resté à l'intérieur d'un bâtiment vide. Quand ça veut pas...
 

« Des ouvriers sont encore présents sur place, parfois pour des travaux importants et bruyants. Ils font des raccords de peinture au-dessus des ordinateurs ou des collections », rapportait en début de semaine une membre de l’équipe de la médiathèque au magazine Télérama. Depuis plusieurs mois, aux côtés des syndicats, le personnel de James-Baldwin préconise plutôt une ouverture du lieu en septembre. Ce que refuse obstinément la Mairie de Paris et qui amène à ce conflit.
 

Les syndicats comme les équipes du lieu déplorent également un sous-dimensionnement des effectifs de la médiathèque. « Quarante-deux postes d’agents ont été créés par la Ville de Paris […] L’équipe compte aujourd’hui trente-sept personnes. Les derniers recrutements sont en cours et devraient arriver rapidement », soulignait la municipalité mi-juin dans un communiqué.
 

Ce que contestent les bibliothécaires de Baldwin : « Cet effectif ne tient pas compte de la configuration atypique de la structure, rétorque une employée. En outre, plusieurs agents qui connaissent le projet sont en arrêt maladie car notre état psychique se dégrade. Il n’y a pas une journée sans qu’un collègue ne parte en pleurs ». Un témoignage édifiant qui démontre qu’en l’état, les conditions de travail à la médiathèque Baldwin ne sont donc pas très fluctuat. Et même carrément mergitur !

Pas encore de commentaires