Participatif
ACCÈS PUBLIC
27 / 06 / 2023 | 44 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1823
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Les agents de la Fonction Publique n'ont toujours pas le moral !

Nous avons eu l'occasion d'évoquer à plusieurs reprises les problèmes d'attractivité aux emplois de la Fonction Publique....

 

Les organisations syndicales de la Fonction Publique se font régulièrement l'écho des préoccupations des fonctionnaires au regard de la dégradation de leurs conditions de travail, le peu de considération  qu'ils ressentent en dépit des efforts déployés  dans un contexte social particulièrement dégradé , avec en toile de fond des réformes de toutes sortes qui se succèdent au fil des ans sans grande visibilité , mais avec des exigences  de service récurrentes  avec toujours moins de moyens...

 

Et tout cela va bien au-delà de ressentis....les résultats publiés par un certain nombre d'observatoires réalisés dans plusieurs  administrations  ayant ces dernières années  bien mis en évidence le malaise qui peut exister dans la plupart de secteurs de la Fonction Publique.

 

Le moral des agents de la Fonction publique continue de se dégrader....

 

A l’occasion de la journée internationale de la Fonction publique qui a lieu le 23 juin, la CASDEN Banque Populaire, banque coopérative de la Fonction publique, a dévoilé les résultats de son étude annuelle réalisée par l’Institut BVA.

 

Celle-ci montre que "le moral des agents de la Fonction publique continue de se dégrader, notamment face à des conditions de travail difficiles, un manque de reconnaissance et des préoccupations salariales."

 

Que faut il retenir de cette nouvelle étude?

 

  • Le moral des agents de la Fonction publique en légère baisse...avec une note moyenne de 6,1 sur 10 contre 6,3 en 2022.
  • Les agents font état de nombreuses difficultés dans leur quotidien  et surtout un manque de reconnaissance ( près d’un tiers des agents estime ne pas être suffisamment reconnus par la société  et ne se sentent pas valorisés) 
  • Un pessimisme persistant et des préoccupations salariales (les deux tiers d’entre eux ont toujours une vision négative de l’avenir;  La rémunération est la principale raison pour laquelle la majorité des fonctionnaires ne recommanderait plus  à leur enfant de travailler dans la Fonction publique) A noter:  60% des répondants seraient favorable à la mise en place d’une rémunération au mérite....
  • Des attentes en matière de formation et d’évolution de carrière (les agents estiment que les perspectives d’évolution au sein de la Fonction publique sont limitées (52%) et que les critères de promotion ne sont pas toujours transparents (43%).)

 

Une adoption croissante du télétravail et une satisfaction élevée
 

De manière comparable à l’année passée, près d’un quart des agents de la Fonction publique déclare télétravailler (23%, +2), notamment dans les grandes agglomérations de 100 000 habitants et plus (27%). Ce mode de travail hybride, qui satisfait à tout point de vue la plupart des agents concernés par cette pratique, confirme que ces nouvelles habitudes de travail sont désormais bien intégrées dans le quotidien des agents qui peuvent le pratiquer. 

 

Un impact non négligeable de la réforme des retraites sur l’attractivité des métiers de la Fonction publique
 

Les agents de la Fonction publique, qui sont également impactés par la réforme des retraites, expriment en globalité des réserves quant aux répercussions de cette réforme sur l’attrait du secteur. Un sur deux estime que sa mise en œuvre aura un impact négatif sur les métiers de la Fonction publique, les rendant ainsi moins attractifs (50% au total, et même 61% parmi les enseignants qui partagent cette opinion).

 

Les enseignants, une catégorie qui se démarque

 

L’étude met en évidence une importante disparité entre les réponses moyennes fournies par l’ensemble des agents de la fonction publique et celles exprimées par les enseignants.

 

À cet égard, 76 % estime être mal payé, dépassant ainsi la moyenne de 68 %. De plus, 83 % expriment un pessimisme quant à leur perception de l’avenir, tandis que la moyenne se situe à 66%.


Leur frustration face au manque de ressources pour accomplir efficacement leur travail est également soulignée, avec 85 % contre une moyenne de 67 %.

 

Cependant, malgré ces difficultés, les enseignants demeurent fiers de leur travail, avec un pourcentage élevé de 92 %, dépassant la moyenne de 88 %.

 

Pour en savoir plus: les résultats complets de l’enquête 

 

 

Pas encore de commentaires