Participatif
ACCÈS PUBLIC
20 / 04 / 2023 | 32 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1800
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

« Le FIPHFP a un rôle essentiel à jouer comme aiguillon pour l’ensemble des politiques publiques » - Marine Neuville

Marine Neuville a pris ses fonctions à la tête FIPHFP (Le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la Fonction publique)  depuis début février. L’occasion de lui donner la parole afin de connaître son ressenti sur ces premières semaines d’activité en tant que directrice du Fonds et de se projeter vers l’avenir et les chantiers du FIPHFP.

 

Après ces premières semaines passées à la tête du FIPHFP , quel pourrait être votre « rapport d’étonnement » ?


J’arrive dans une période très dense qui m’a permis de me plonger sans attendre dans de nombreux dossiers. Nous sommes en fin de mandature et préparons donc le renouvellement du comité national. Le rapport d’activité vient d’être finalisé et présenté à l’occasion de la conférence de presse de ce jour. Le lancement du comité des usagers du Fonds va intervenir début avril. Les sollicitations et les dossiers à traiter sont donc nombreux, en plus du travail quotidien avec les partenaires internes et externes. Ce poste de directrice du FIPHFP présente de nombreuses facettes : un travail de fond sur les politiques d’emploi des personnes en situation de handicap afin d’irriguer les politiques publiques du secteur, une forte dimension partenariale, des sujets très différents qui recouvrent à la fois les enjeux du fonctionnement d’un établissement public (budget, …) et des sujets très stratégiques.

 

Dans cette mission, je peux m’appuyer sur une équipe de qualité, très motivée et très mobilisée. J’ai beaucoup appris durant ces premières semaines. Je découvre de l’intérieur le fonctionnement du FIPHFP : une petite structure très impliquée, dotée de nombreuses ressources et leviers au service de de l’emploi des personnes en situation de handicap.

 

Quels seront les premiers chantiers auxquels vous allez vous atteler avec votre équipe ?

 

Sur de nombreux sujets, mon action s’inscrit dans la continuité de celle de mon prédécesseur Marc Desjardins. Nous allons notamment développer les axes du programme exceptionnel voté par le Comité national notamment autour des handicaps invisibles, de l’accessibilité numérique et de l’accompagnement des parcours professionnels.


Par ailleurs, le contexte actuel de renouvellement - de la direction mais aussi de la gouvernance avec un nouveau Comité national qui sera élue en juin - est l’occasion d’impulser une nouvelle dynamique.


La Conférence Nationale du Handicap (CNH) prévue d’ici l’été va également donner un cap aux acteurs intervenant dans le champ du handicap. Notre participation à des groupes de travail préparatoires a permis de faire remonter les axes de travail du FIPHFP et devrait nous permettre de disposer d’une feuille de route cohérente avec les ambitions portées par les pouvoirs publics. Nous allons également lancer, le 11 mai prochain, notre Tour de France des Handicaps invisibles avec une première étape organisée en Normandie. Son objectif : rendre visible les handicaps invisibles et montrer qu’il est possible de travailler avec, dans la Fonction publique.

 

A quelques jours de la CNH ( Conférence Nation du Handicap) , quels sont, à vos yeux, les enjeux à relever pour le FIPHFP à court et moyen terme ?

 

Le FIPHFP est un petit acteur dans un écosystème complexe. Il est important qu’il dispose d’une visibilité de premier plan afin d’être clairement identifié par les employeurs publics. Il faut également que ce qu’il propose corresponde réellement aux besoins des employeurs publics et des personnes en situation de handicap.

 

Le FIPHFP doit continuer à être toujours plus performant. De nouveaux outils ont déjà été développés à l’image du nouveau système d’information pour les aides et pour les conventions. Il permet de simplifier et fluidifier les relations avec les employeurs publics. Nous devons être encore plus réactifs dans les réponses que nous leur apportons afin de mieux les accompagner. Cela implique que nous devons continuer à monter en expertise. Cela passe par une formation continue de nos équipes, mais aussi par les travaux menés avec le conseil scientifique et par une démarche d’innovation continue à développer pour identifier de bonnes pratiques à partager et à essaimer.


La proximité avec les bénéficiaires de nos aides est également primordiale. Le comité des usagers va ainsi nous permettre d’être toujours plus à l’écoute des agents et des référents handicap afin de proposer des aides et des dispositifs d’accompagnement qui répondent à leurs besoins spécifiques. La proximité passe aussi par un ancrage territorial fort. Nos directeurs territoriaux au handicap sont les interlocuteurs privilégiés des employeurs publics dans les territoires et le FIPHFP doit être en capacité de leur apporter tout l’appui nécessaire.


Quelles convictions guident aujourd’hui votre action ?

 

Dans mon parcours professionnel, j’ai été amenée à aborder le sujet du handicap sous différents angles. Un dénominateur commun guide mon action : construire une société inclusive. Le FIPHFP a un rôle essentiel à jouer comme aiguillon et comme centre de ressources pour que les politiques publiques soient plus inclusives.

 

Dans le champ du handicap, nous n’intervenons pas tout seul. Le FIPHFP démultiplie son action en travaillant avec des partenaires pour développer l’emploi des personnes en situation de handicap dans le secteur public. Outre notre partenariat avec la Caisse des dépôts, les équipes de l’Agefiph, des Cap emploi, de Pôle emploi, les employeurs publics et bien d’autres agissent à nos côtés.

 

Je suis également convaincue qu’il faut, quand cela est possible, passer par des dispositifs de droit commun, tout en intégrant la prise en compte du handicap. Mobiliser de tels dispositifs permet d’inclure et ne pas discriminer avec un impact plus significatif.  A titre d’exemple, je citerais la mise en place des lieux uniques d’accueil pour les demandeurs d’emploi en situation de handicap, animés à la fois par des conseillers Pôle emploi et Cap emploi.

 

Enfin, je suis persuadée que tout ce que nous pouvons faire pour les personnes en situation de handicap bénéficie in fine à l’ensemble des agents de la Fonction publique. Le champ du handicap est extrêmement innovant et peut servir de source d’inspiration pour d’autres secteurs et améliorer les conditions de travail pour tous.

 

Pas encore de commentaires