Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
15 / 07 / 2019 | 306 vues
Delphine Nicodeme / Membre
Articles : 6
Inscrit(e) le 28 / 01 / 2019

Famar Lyon en redressement judiciaire : les conséquences du désengagement de l'industrie du médicament en Europe

Le fond d’investissement KKR, actionnaire unique du groupe Famar (sous-traitant des laboratoires pharmaceutiques Sanofi, Merck, GSK, J&J…) annonce la vente de l’ensemble de ses actifs (12 sites industriels, dont 11 en Europe et 1 au Québec, pour un effectif de 3 000 salariés).


L’ouverture d’une procédure en redressement judiciaire est également annoncée pour l’une des filiales françaises, Famar Lyon, basée à St-Genis-Laval (69) employant 322 salariés (290 CDI/CDD et 32 intérimaires).
 

Les orientations stratégiques définies pour ce site ont pour vocation de rechercher un ou plusieurs acteurs industriels complétant l’activité pharmaceutique existante ou de transformer le site en parc multi-sociétés sans maintien du portefeuille pharmaceutique.
 

Le risque de démantèlement de cet outil industriel est donc important. L’activité s'axe principalement sur de la formulation et du conditionnement de médicaments (infectiologie, cardiovasculaire, antidiabétique, neuropsychiatrique, dermocorticoïde…) sous différentes formes galéniques (comprimés, poudre, crèmes et sirops, cette dernière arrêtée en avril 2019).
 

Si aucune issue n’est trouvée, certains patients n’auront plus accès à leurs traitements. Ces éventuelles ruptures s’ajouteront à la longue liste déjà existante. L’augmentation de ces pénuries a différentes causes mais celles-ci ont toutes la même origine : un modèle économique favorisant la recherche d’une baisse des coûts par les laboratoires a activé le développement de la sous-traitance des productions et une recherche croissante des pays à bas coût de main-d’œuvre pour la fourniture de principes actifs.
 

Ces mutations profondes de l’industrie du médicament ont entraîné une fragilité croissante des chaînes de production en France et en Europe se traduisant par une inquiétante perte d’indépendance sanitaire. Les différents rapports sur les pénuries de médicaments ne sont pas traités, tant par l’industrie du médicament que par les pouvoirs publics. Le dossier Famar Lyon étant la preuve d’un désengagement industriel initié par la cupidité du fond d’investissement KKR.
 

Les pouvoirs publics ont entre leurs mains l’occasion de montrer leur volonté de réduire le phénomène de pénurie en France, en confiant certains de ces médicaments en rupture au site de Famar Lyon. L’existence de capacités industrielles non utilisées sur le site de St-Genis-Laval sont à disposition pour répondre aux besoins sanitaires de milliers de patients en souffrance.
 

Communiqué des organisations syndicales CGT, CFE-CGC et FO de Famar Lyon.
Contact CFE-CGC  : Christophe-Daniel Le Page, délégué syndical chez Famar - 06 08 61 66 02

Pas encore de commentaires