Participatif
ACCÈS PUBLIC
27 / 03 / 2019 | 186 vues
Adelphe De Taxis Du Poet / Membre
Articles : 8
Inscrit(e) le 23 / 06 / 2017

Coopérative d’activité et d’emploi, tiers-lieux : des convergences au service de l'autonomie ?

« La complexité apparente du sociétariat a plutôt aidé les porteurs à affiner leur projet et régler leurs priorité (…) le multi-sociétariat favorise l’implication des acteurs institutionnels dans le développement de projets risqués et les aide à sortir de leur logique de prudence gestionnaire », est la première conclusion de l’étude consacrée aux SCIC (RECMA 2016, n° 340) par le « groupe PICRI PAP SCIC », enseignants-chercheurs pilotés par Amina Bécheur, de l’Institut de recherche en gestion de l’Université de Paris Est.
 

Les exemples de SCIC, présentés au fil des numéros de ces Brèves, témoignent (ou visent à témoigner) de leurs trois principales caractéristiques que souligne ce groupe de chercheurs : l’innovation, la co-construction entre parties prenantes publiques et privées et l’ancrage sur les besoins de son territoire.
 

D’autres lignes de force se dessinent face aux évolutions de l’emploi et du salariat, à la recherche d’autonomie, au rejet des liens de subordination, par l’invention de nouvelles formes d’organisation du travail et de coopération, de création de valeur, dans un cadre collectif, simultanément protecteur des individus et producteur de dynamiques collectives qui dépassent souvent ces initiatives elles-mêmes.
 

Chacun à sa façon, le Groupement régional d’alimentation de proximité (mars 2018), à la fois groupe coopératif et coopérative d’activités de projets collectifs, CAP 44 (juillet 2018), accueillant des néo-ruraux pour une installation en agriculture paysanne, CASACO (septembre 2018), tiers-lieu coopératif à l’offre de services diversifiée, pose ces questions d’expérimentation et déploiement d’autres rapports à l’emploi et au travail.
 

Des dynamiques territoriales se sont ainsi mises en place sur le territoire, comme en Alsace où, en 2005, est née la première coopérative d’activité et d’emploi (CAE) consacrée à la culture en France, Artenreel, bénéficiant du soutien de l’ensemble des partenaires publics du Fonds social européen, de l’État, de la région, des deux départements alsaciens et de la communauté urbaine de Strasbourg et de la ville de Mulhouse (1).
 

Les CAE offrent un cadre juridique protecteur professionnalisant et une alternative à l’auto-entrepreneuriat en salariant leurs adhérents puis sociétaires (2), entrepreneurs-salariés de leur coopérative sur la base de leur chiffre d'affaires.
 

Elles favorisent également la mutualisation de moyens, l’inter-coopération, la création de projets communs entre entrepreneurs salariés, voire la solidarité en cas de difficultés, raison pour laquelle Artenreel a organisé les quelque 300 artistes ayant eu recours à la coopérative, depuis sa création, en six pôles d’activité (métiers d’art, édition, spectacle vivant, arts visuels et arts appliqués).
 

C’est aussi l’une des raisons, selon un développement en rhizome, qui a conduit à la création d’autres CAE complémentaires, dans la proximité d’Artenreel.
 

Ainsi, pour répondre à l’attente d’autres entrepreneurs du territoire intéressés par le cadre de la CAE, « Coopénates » ont été créées, sous la forme juridique de SCOP, en 2007, pour les services à la personne, « Antigone » (coopérative multi activités) en 2009 et « Coobatir » pour la construction (en 2014), la seconde raison de ces créations étant l’existence de contraintes spécifiques : assurances, agréments, modèles économiques…
 

Fin 2017, ces CAE totalisaient 314 entrepreneurs salariés et réalisaient un chiffre d’affaires consolidé de 4,2 millions d'euros, (Artenreel pour 1,5 million d'euros, Antigone 2,4 millions d'euros et Coopénates, 0,39 million d'euros).
 

Pour autant, face à la fragilité intrinsèque du modèle économique de la CAE, il ne suffit pas d’en multiplier le nombre mais bien de faire jouer les effets de synergie entre les coopératives et leur environnement et d’en augmenter la notoriété, le poids économique et l’effet sur les territoires.
 

Pour ce faire, divers leviers ont été utilisés.
 

Ainsi, en 2016, Artenréel a réalisé une étude d'évaluation de son activité selon la méthode du « social return on investment » (SROI) avec l’appui actif de l’Eurométropole de Strasbourg. Si la méthode présente des biais idéologiques (monétarisation et tentative de quantification de tous les effets), biais dont les gérants d’Artenreel étaient conscients, cette étude, outre qu’elle a permis d’identifier des effets (économiques, sociaux, psychologiques…) positifs, en en monétarisant certains, a également permis d’approfondir la connaissance de l’ensemble de l’écosystème et des parties prenantes d’Artenreel et d’en renforcer les liens.
 

Parallèlement, la structuration des CAE alsaciennes a été organisée et une société coopérative d’intérêt collectif créée à l’initiative des trois CAE, en 2015. « Cooproduction », coopérative de coopératives, est née de la volonté de mutualiser des moyens, des coûts, des services et des compétences au profit du développement des CAE du territoire et plus largement des autres coopératives d’Alsace. Composée par quatre catégories de parties prenantes, les CAE fondatrices, les salariés de la SCIC, les bénéficiaires (coopératives faisant appel à ses services) et les partenaires extérieurs (Cigales, collectivités locales…). « Coo-production » aspire à être le chef de file d’un groupe d’entreprises coopératives » (Joel Beylier, co-gérant) et a rapidement ouvert son objet social à l’émergence de projets socialement innovants en Alsace, à l’accompagnement des entrepreneurs salariés souhaitant voler de leurs propres ailes au terme de leurs trois ans dans la CAE.
 

De nombreuses actions d’animation ont été menées : cycles de formation au sociétariat, séminaire annuel des coopérateurs, groupes de co-développement fondés sur les transferts de savoir-faire entre entrepreneurs salariés, mise en place de la prévoyance « incapacité temporaire, invalidité décès » grâce à un dialogue social assis sur la volonté des délégués du personnel et des gérants et mandataires d’inventer des solutions coopératives profitant à tous (protection sociale, parité, bien-être au travail etc.).
 

Offrant un accompagnement global (définition du projet, appui juridique, mise en réseau, formation, soutien logistique…) de projets coopératifs ou de nouvelles formes de coopération (clusters, PTCE…), « Coo-production » a créé un fonds coopératif d’investissement ouvert aux entrepreneurs salariés pour le financement de leurs investissements, accompagné la création d’une agence de communication coopérative issue d’entrepreneurs salariés d’Artenreel, contribué à l’essaimage d’une CAE en Champagne-Ardenne (« Set up »). Elle accompagne le montage d’un espace test agricole pour la région Grand Est (le Conseil régional ayant choisi d’aider au développement des CAE dans une logique d’équité et de cohérence territoriale) et bien d’autres projets, dont celui d’une offre de services complète pour les créateurs d’activité à Mulhouse, mobilisant l’ensemble des acteurs du financement et de l’accompagnement et qui, s’agissant de la coopération, prône le renforcement des liens entre tiers lieux (outils d’apprentissage de coopérations souples) et CAE.
 

Au demeurant, ce sujet a été identifié par la Confédération générale des SCOP qui a fait réaliser une étude sur les complémentarités entre ces deux dynamiques de territoire. Car l’une des réponses les plus ambitieuses aux évolutions du travail, du salariat et de l’emploi et dont le changement d’échelle des structures est le moyen et non la finalité, est, notamment, dans la construction de parcours prenant en compte la grande diversité des situations de nos concitoyens, de leurs aspirations, de la temporalité et évolutivité de leurs projets dans des cadres efficients et performants que l’articulation tiers-lieux/CAE peut fournir…

 

(1) Les subventions et les partenariats privés représentent les deux tiers du budget propre de la CAE : reflet de la précarité des métiers culturels et artistiques et de l’importance des fonctions d’accueil et accompagnement de la CAE.

(2) La loi Hamon impose aux entrepreneurs salariés l’obligation de sociétariat au terme de trois ans de présence au sein de la coopérative. Aujourd’hui, 125 CAE salarient environ 10 000 personnes sous divers statuts (dont 7 000 en tirent un revenu d’activité) et leur résultat moyen est de 1,5 % de leur chiffre d'affaires consolidé, symptôme de la fragilité structurelle du modèle économique des CAE.

Pas encore de commentaires