Participatif
ACCÈS PUBLIC
05 / 11 / 2021 | 130 vues
Laurent Aubursin / Membre
Articles : 163
Inscrit(e) le 02 / 10 / 2008

Conséquences des conditions de travail sur la santé

L'influence des conditions de travail sur la santé a fait souvent l'objet de publications ou réflexions diverses. La dernière étude de la Dares (1) revient en détail sur ce sujet et apporte un éclairage intéressant sur de nombreux aspects.

 

Elle rappelle en préambule que les conditions de travail d’un emploi renvoient aux aspects matériels (contraintes physiques, moyens de travail, conditions sanitaires, exposition à des substances dangereuses, etc.), organisationnels (organisation du temps de travail, rythme de travail, autonomie et marge de manœuvre, etc.) et psychosociaux (relations avec les clients, la hiérarchie et les collègues, conflits de valeurs, satisfaction et difficultés au travail, etc.) dans lesquels le travailleur exerce son activité.
 

Les conditions de travail peuvent à l'"évidence  avoir des conséquences sur les risques d’accident, mais aussi sur le développement de maladies professionnelles ; de façon plus générale, la qualité de vie au travail favorise la construction de la santé physique et mentale des personnes en emploi.

 

Pour analyser les conséquences des conditions de travail sur la santé, selon la Dares, deux approches sont possibles:
 

  • La première consiste à examiner les conditions de travail, les expositions professionnelles (pénibilité, risques psychosociaux) et les atteintes liées au travail (accidents du travail, maladies professionnelles reconnues ou limitations perçues par les salariés).
  • La seconde appréhende les conséquences des troubles de santé et des handicaps sur l’insertion professionnelle des personnes.

 

L'étude finalisée par la Dares et publiée il y a quelques semaines se décompose en trois parties :
 

  • la première consiste en une présentation des principales expositions professionnelles des salariés à savoir:
    • le bruit (tous les ans, près de 600 salariés sont reconnus en maladie professionnelle par suite d’une exposition aux nuisances sonores. ),
    • les agents cancérogènes (plus d’un salarié sur dix est exposé à des agents cancérogènes en milieu professionnel),
    • les agents biologiques (près de 20 % des salariés du privé sont exposés à au moins un agent biologique (9 points de plus qu’en 2014),
    • les contraintes articulaires (les troubles musculo-squelettiques (TMS), constituent la première cause de maladies professionnelles indemnisées),
    • les facteurs de pénibilité (appréciés au travers  du compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) transformé en 2017 en compte prévisionnel de prévention (C2P) bien moins contraignant, 
    • l’exposition aux facteurs de risques psychosociaux (un certain nombre de critères sont retenus pour évaluer le bien-être psychologique au travail),
    • la durée et l’organisation du travail,
    • les conditions de travail des indépendants.
  • la seconde  porte sur la santé et les risques liés au travail : travail, santé et handicap, accidents du travail, maladies liées au travail, qu'elles soient professionnelles ou à caractère professionnel.
  • et enfin une dernière partie qui porte sur les mesures de prévention des risques prises par les employeurs 

 

Une étude qui ne manque pas d'intérêt !
 

(1) plus de détails sur: Dares_SStat_Chiffres clés des conditions de travail (travail-emploi.gouv.fr)

Pas encore de commentaires