Participatif
ACCÈS PUBLIC
01 / 06 / 2022 | 92 vues
David Malezieux / Membre
Articles : 12
Inscrit(e) le 14 / 02 / 2019

La direction de Pimkie annonce la recherche d'un repreneur aux salariés sans information préalable du CSE

Malgré une réunion du Comité Social et Economique (CSE) le mercredi 18 mai 2022, la direction a estimé qu’elle n’avait pas à tenir informé les élus du CSE du fait que les actionnaires n’adoptaient pas le Business Plan déposé le 8 avril 2022 par le nouveau Directeur Général, et se donnait le temps de chercher un repreneur pour l’enseigne Pimkie.


C’est par un webinair accessible à tous les salariés (1 518 entre les magasins et le siège), que l’information a été délivrée le jeudi 19 mai 2022, laissant les salariés derrière leur écran, désemparés et sous le choc d’une telle information. Sans réponse à leurs multiples questionnements...


Pour nous, il s’agit là non seulement d’un délit d’entrave (relevant du pénal), mais aussi une marque de mépris à moins que ce ne soit de l’incompétence ?


A nos yeux cela est tout autant inquiétant, quand on constate à quelle vitesse l’entreprise cumule et s’enlise dans ses difficultés financières, et ce bien avant la COVID.


Quoi qu’il en soit, un front syndical se met en place pour amener la direction à la table des négociations afin de s’assurer que les salariés ne soient pas bradés comme de vieilles soldes invendables.... Un premier rendez-vous est pris pour le 8 juin prochain, à suivre...


La Section Fédérale du Commerce & VRP  et la Section FO de chez Pimkie, exigent des garanties sociales pour les salariés concernés. (Accompagnement des salariés dans leur reclassement sur tout le périmètre des enseignes du groupe Mulliez, aide financière à la formation pour reconversion professionnelle, aide à la création d’entreprise, recours au dispositif de retraite progressive, etc.).


La direction nous doit la vérité : quel est son tableau de bord ?


En 2018 un Plan de Départ Volontaire était mis en place visant un chiffre d’affaires de 500 millions.  Aujourd’hui, la cible se resserre à 250 millions environ.


Le travail des salariés Pimkie a enrichi en son temps l’empire financier Mulliez. Notre syndicat exige le respect de leurs droits. Les salariés n’ont pas à supporter de plein fouet les désignations hasardeuses des  actionnaires à la gouvernance Pimkie. Non moins de 5 DG ont été désignés en 5 ans, cumulant les erreurs stratégiques...La galaxie Mulliez peut-elle toujours être considérée comme son fondateur le souhaitait, une entreprise familiale ?

Pas encore de commentaires