Participatif
ACCÈS PUBLIC
05 / 05 / 2022 | 92 vues
Frédéric Gallois / Abonné
Articles : 9
Inscrit(e) le 16 / 10 / 2020

NAO chez Solocal : de légitimes exigences après 4 ans de blocage salarial

Le conflit en Ukraine va ralentir la croissance économique hexagonale, déjà fragilisée par la crise sanitaire. Si la Banque de France ne prévoit pas à ce stade de récession, l’institution table cependant sur une baisse de la croissance de 0,5 % à 1,1 % et une inflation moyenne de 3,7 % sur l’année. En mars 2022, les prix à la consommation ont augmenté de 4,5% sur un an et l’inflation alimentaire risque d’atteindre 8% en 2022.

 

Parallèlement au contexte international, les salariés de Solocal ont été privés depuis 2018 d’augmentations générales de salaires, ce qui a eu comme conséquence une dégradation significative de leur pouvoir d’achat. Ce ne sont pas les quelques augmentations individuelles distribuées ici et là qui ont permis de compenser la hausse du coût de la vie.

 

Pour ces raisons, notre syndicat  revendique :

 

  • Une augmentation générale des salaires de 5% rétroactive dès janvier 2022 avec une augmentation minimum de 100 euros mensuels
  • L’application de la revalorisation des salaires minimum de la publicité rétroactive au 1er janvier 2022 (servant de base pour le calcul de la prime d’ancienneté)
  • Que l’enveloppe de 141 000 € non versée en 2021 soit versée en 2022, indépendamment de la hausse des 5%
  • Une revalorisation des Tickets Restaurants de 8,80 € à 11 €
  • Une revalorisation de la Prime vacances adultes de 730 € à 800 €
  • Une revalorisation de la Prime vacances enfants de 270 € à 300 €

 

Enfin, dans ce contexte économique aux contours incertains, nous demandons  à l’entreprise une clause de revoyure courant de l’année, afin de réétudier les effets de l’augmentation du coût de la vie.

Pas encore de commentaires