Participatif
ACCÈS PUBLIC
17 / 01 / 2022 | 51 vues
Alain ANDRE / Abonné
Articles : 25
Inscrit(e) le 09 / 06 / 2021

Les employeurs de l'énergie sont en grève

Les employeurs des industries électrique et gazière ont exprimé leur inquiétude sur l’avenir du dialogue social de la branche et ne siégeront pas à la prochaine commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation (CPPNI) du 19 janvier. Les employeurs se mettent en grève : une première au sein des IEG...

 

Selon eux, les motifs sont multiples. Avant tout, ceux-ci déplorent la dénonciation de l’accord « relatif à la sécurisation des parcours professionnels et à la mobilité dans la branche des IEG » signé par les syndicats patronaux UFE et UNEMIG et par la CFDT et la CFE-CGC, invalidé par le droit d’opposition de FO énergie et mines et de la CGT.

 

Ensuite, les employeurs constatent les difficultés et les freins pour faire évoluer des textes de branche antérieurs à 2000, évolutions rendues possibles pour donner suite à l’accord « relatif au dialogue social de branche des IEG 2021-2025 », signé par les syndicats patronaux UFE et UNEMIG et par la CGT, CFDT et la CFE-CGC.

 

Notre fédération juge la posture des employeurs légèrement capricieuse… Estimer que le dialogue social de branche est en danger alors que le bilan des accords signés depuis 2001 fait ressortir que plus de 130 accords (ou avenants) ont vu le jour et que seuls 4 accords ont été invalidés à la suite de droits d’opposition nous semble excessif. De notre côté, nous estimons que le dialogue social au niveau de la branche est essentiel, notamment compte tenu du contexte. Néanmoins, nous l’avons indiqué à plusieurs reprises sur différentes négociations aux employeurs, ce dialogue social ne peut se résumer à une chambre d’enregistrement des volontés des employeurs.

 

Notre organisation syndicale est prête à prendre ses responsabilités au sein de la branche mais les employeurs doivent prendre conscience que systématiquement proposer des négociations qui auront des reculs sociaux pour conséquence n’est pas acceptable.Ces dernières années, nous constatons amèrement que les employeurs de la branche des IEG s’entêtent malheureusement dans cette voie en prenant différents prétextes selon le contexte…

 

Face à cette grève des employeurs de la branche, même si ceux-ci n’ont pas déposé de préavis, FO énergie et mines est prête à les recevoir pour entendre leurs revendications.

 

Nous profiterons de cette rencontre pour de nouveau leur préciser que l’intelligence collective dans le cadre des négociations de branche ne veut pas dire que les fédérations syndicales doivent accepter tout ce que les employeurs désirent.

 

Pas encore de commentaires