Participatif
ACCÈS PUBLIC
30 / 09 / 2021 | 244 vues
Thierry Noleval / Membre
Articles : 10
Inscrit(e) le 31 / 01 / 2019

Nouvelle grille des salaires dans la presse spécialisée

Après avoir signé une nouvelle convention collective, la commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation (CPPNI) s’est régulièrement réunie pour négocier une nouvelle grille de salaire.

 

Les salariés relevant de la convention collective nationale de travail des employés, techniciens, agents de maîtrise et cadres de la presse d’information spécialisée sont répartis dans une grille de classification unique comprenant neuf niveaux. Nous avons obtenu le maintien de la notion d’ancienneté que la délégation patronale voulait faire disparaître. Nous avons également obtenu la mise en place d’un référent métier avec une majoration de 2% après un minimum d’un an d’ancienneté.

 

La nouvelle grille devra être mise en place au plus tard six mois après le dépôt de l’accord pour son extension auprès du Ministère du Travail. La nouvelle classification ne peut en aucun cas résulter en la réduction de la rémunération totale brute mensuelle d’un salarié déjà en poste.

 

Les salaires figurants dans la grille de minima garantis correspondent à la rémunération brute mensuelle minimale garantie de chaque salarié pour 151,67 heures de travail, compte tenu de son niveau de qualification et de son ancienneté dans l’entreprise. Le minimum garanti du salarié « référent métier » tel que défini ci-dessous, applicable jusqu’au niveau 4 de la grille de classifications, est majoré de 2 %. Cette dernière s’applique en tenant compte de la majoration éventuelle liée à l’ancienneté du salarié.

 

  • Référent métier : après au moins un an d’ancienneté au sein de l’entreprise, le salarié devenu référent dans son métier par ses compétences techniques et/ou fonctionnelles est celui qui affiche une parfaite maîtrise de son métier/poste. Il est en capacité de partager et de transmettre son expertise au sein de son équipe ou de manière transversale.

 

Le « référent métier » peut être amené à prendre en charge des missions spécifiques en lien avec son métier/poste. La reconnaissance de la qualité de référent doit faire l’objet d’un échange lors de l’entretien annuel d’évaluation et/ou de l’entretien professionnel.

 

Après validation, il faudra s’assurer que le salaire de l'intéressé n'est pas inférieur au minimum garanti qui lui est applicable. La reconnaissance de référent métier n’a pas une révision du positionnement du salarié sur la grille des classifications pour effet.

 

L’augmentation du SMIC le 1er octobre prochain devrait mener à revoir les minima de cette nouvelle grille pour les deux premiers niveaux. L’accord a été signé ce jour par FO, la CFDT et la CFTC.

Afficher les commentaires