Participatif
ACCÈS PUBLIC
13 / 01 / 2020 | 47 vues
michel debonnaire / Membre
Articles : 18
Inscrit(e) le 31 / 08 / 2018

Propositions de l'association des accidentés de la vie en matière de pénibilité et de justice sociale

Pour la FNATH, la réforme des retraites doit être l’occasion de revenir sur une politique sociale qui a écarté la pénibilité des débats en produisant un système de prise en charge insuffisant et discriminatoire.

Parce que la pénibilité fait partie intégrante de certains métiers elle doit être prise en compte, accompagnée et ses conséquences anticipées.

Les inégalités liées à l’espérance de vie du fait de pénibilité professionnelle ou de l’état de santé doivent être un déterminant clef pour l’âge de départ à la retraite.

Pour la FNATH, cette réforme doit d’abord être l’occasion d’apporter une réponse à ceux dont les droits à la retraite sont aujourd’hui amputés :

 

  • soit que le temps passé à la retraite en bonne santé sera moins long que les autres du fait de l’exposition à des pénibilités au cours de leur vie professionnelle ;
  • soit que le montant sera diminué en raison d’une problématique de santé qui a réduit la durée de travail et ne me permettra pas de mener une vie décente dans la dignité ;
  • soit que l’on fasse partie de gens non reconnus par la Société sociale comme ayant un droit égal aux autres travailleurs.

 

Pour la FNATH, répondre à ces injustices revient à :

  • préserver les dispositifs de retraite pour carrières longues et de retraite anticipée pour les travailleurs handicapés en réformant leurs conditions d’accès pour les rendre moins sévères afin d’accueillir encore plus de bénéficiaires ;
  • systémiquement revenir sur le dispositif de pénibilité et permettre à ce que ceux qui ont été exposés puissent partir avant les autres alors qu’ils ne sont pas encore malades, comme aujourd’hui, et dans des proportions couvrant toutes les populations concernées ;
  • imposer un montant minimal de retraite au moins égal au SMIC, quelle que soit l’histoire « économique et sociale » de l'intéressé ;
  • reconnaître que certaines situations (aidants familiaux et reconversions professionnelles) ou certaines catégories (femmes, précaires, bas salaires et veuves) ne donnant pas lieu à contributions « classiques » ouvrent des droits identiques à ceux des travailleurs et assurés sociaux.

À ces seules conditions, la FNATH approuvera une réforme qui pourra être qualifiée de progrès social.
 

La FNATH met ses propositions ses propositions en matière de pénibilité et de justice sociale dans le cadre de la réforme des retraites en ligne sur son site.

Pas encore de commentaires