Participatif
ACCÈS PUBLIC
25 / 02 / 2019 | 309 vues
Anne-Juliette Tillay / Membre
Articles : 4
Inscrit(e) le 21 / 10 / 2014

Pourquoi un PDV chez Axa XL ?

Le 1er février 2019, les contrats de travail des salariés d'Axa Corporate et d'Axa Art ont été transférés à Axa XL CS SE. La semaine suivante, lors d’un CCE extraordinaire, la direction annonçait un plan de départs volontaires (PDV) suite à la suppression de 222 postes de travail (dont 40 vacants) et la modification de 59 postes.

En résumé, les motivations des suppressions de postes figurant dans les dossiers remis au CCE sont :
  • les doublons de structures : par exemple, le choix de se reposer essentiellement sur la direction financière d’XL existante ;
  • les doublons opérationnels : par exemple, la suppression des postes de managers pour des services comparables (cf sinistres) ;
  • le recours massif aux centres de services partagés basés en Pologne et en Inde pour exécuter les tâches intégrées à des processus normalisés.
Les salariés vont devoir s’adapter à de nouvelles organisations et à de nouveaux outils en 2019 et 2020. Lancer un PDV avant cette fusion opérationnelle n’augmentera pas leur motivation pour réussir ce rapprochement.

Enfin, quel est le gain pour Axa XL ? La suppression de 200 postes en France, en se basant sur un coût de 100 000 € par poste, ferait économiser 20 millions d’euros. Quand on rapproche ce chiffre des 428 millions d’euros de pertes financières d’Axa XL en 2018 (cf p. 68 du document ci-joint), c’est dérisoire. On pourrait même se demander si ce PDV n’est pas un contre-feu médiatique pour montrer aux analystes financiers que si les résultats sont certes mauvais, Axa XL met en œuvre des mesures pour redresser la situation. Pari apparemment réussi, compte tenu du cours de l’action.
Pas encore de commentaires