Participatif
ACCÈS PUBLIC
01 / 02 / 2018 | 4 vues
Yves Kottelat / Membre
Articles : 8
Inscrit(e) le 29 / 10 / 2008

EHPAD : une grève et des manifestations à la hauteur des enjeux

Aides-soignantes, ASH, infirmiers, ouvriers, agents administratifs, cadres, directeurs, médecins coordonnateurs, membres d’associations et familles de résidents, tous du secteur public ou privé, se sont mobilisés le 30 janvier, pour dire « ça suffit » et affirmer les revendications communes unifiant le personnel et ses organisations syndicales pour revendiquer le « un pour un » et le retrait de la réforme de la tarification. Ils étaient nombreux devant les préfectures, les ARS et les conseils départementaux : 31,8 % de grévistes (chiffres du ministère de la DGCS).

1 000 manifestants à Lyon, 1 500 à Nantes, 1 550 à Angers, 500 à Laval, 1 200 au Mans, 500 à Metz, 500 à Chartres, 600 à Montpellier, 700 à Paris devant le ministère de la Santé, 300 à Cherbourg, 200 à Saint-Lô, 600 à Rouen, 300 au Havre, 200 à Dieppe, 300 au Puy-en-Velay, 600 à Clermont-Ferrand, 150 à Ambert, 500 à Niort, 550 à Strasbourg, 200 à Bourges, 300 à Marseille, 500 à Tours, 250 à Saint-Étienne, 220 à Orléans, 400 à Rennes, 500 à Saint-Brieuc, 150 à Fougères, 100 à Redon, 500 à Besançon, 1 200 en Savoie, 150 à Saint-Malo, 200 à Poitiers, 300 à Blois… (et de très nombreux piquets de grève dans les établissements).

Ils ont tous manifesté pour réclamer des moyens humains et financiers supplémentaires pour les EHPAD et pour les services à domicile. Ils ont rencontré les préfets, les ARS, les conseils départementaux, financeurs des structures, pour exiger la mise en place d’un ratio d'un agent pour un résident promis dans le plan solidarité grand âge pour 2012. Il manque aujourd’hui 200 000 agents pour atteindre ce ratio.

C’est ce qu’a rappelé la délégation commune, reçue durant une heure par la directrice adjointe du cabinet d'Agnès Buzyn, où nous avons rappelé notre ferme détermination à être reçus par le chef de l’État et par la ministre en personne. Aucune réponse satisfaisante aux quatre revendications majeures.

Les 50 millions d'euros de rallonge budgétaire annoncés par la ministre sont une réelle provocation car ils ne couvriront en rien les besoins réels pour qu’enfin les résidents aient une prise en charge de qualité et le personnel des conditions de travail décentes.

Face au mépris affiché par le Président de la République et la ministre de la Santé, qui ont refusé de rencontrer l’intersyndicale hier, devant les annonces inacceptables présentées par Agnès Buzyn, lesquelles ne résoudront en rien les problèmes reconnus par tous dans les EHPAD et services à domicile, l’intersyndicale et l’AD-PA se réuniront le 31 janvier au siège de la fédération FO pour décider de la suite de la mobilisation.
Pas encore de commentaires