Participatif
ACCÈS PUBLIC
21 / 05 / 2014
Jean-Louis Araignon / Membre
Articles : 8
Inscrit(e) le 15 / 05 / 2009

Éparpillement des salariés de Thales : la direction persiste

Si la nécessité pour l’établissement du siège Thales SA de déménager n’est pas contestée et le choix de La Défense comme site d’accueil semble présenter une solution « géographique » acceptable sans poser de problème majeur, tous les salariés actuellement à Neuilly et notamment l’ensemble des salariés de Thales SA n’iront pas à La Défense.

L’éparpillement d’un quart des effectifs (majoritairement à Vélizy et dans une moindre mesure à Palaiseau) mais aussi à Élancourt et Gennevilliers ne répond à aucun besoin opérationnel démontré. Pire, cela présente clairement des difficultés de travail à venir et semble renouer avec la stratégie de création du service partagé finances « light » pourtant abandonné en 2012. D’autre part, la destruction des communautés de travail pose, à bien des collaborateurs, des problèmes quant à leurs conditions et organisations de travail mais aussi pour certains de sérieuses difficultés pour maintenir l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle du fait d’un allongement important du temps de transport. Dès lors, ce choix, qui semble relever de l’arbitraire le plus total, ne nous paraît pas adéquat, d’autant qu’à notre connaissance Carpe Diem dispose de la capacité nécessaire pour accueillir le siège dans son ensemble.

Une double opération

Dès lors, en l'absence de logique opérationnelle, la direction de Thales ne cache-t-elle pas une double opération : remplir la place laissée vacante à New Vélizy par des salariés du siège et amorcer un nouveau CSP finances, avorté en 2012 mais toujours souhaité par certains ?

La direction du groupe veut aller vite et recueillir l'avis du CE dès vendredi 23 mai. Pourtant, de nombreuses questions légitimes des salariés exclus de La Défense demeurent et le CHSCT n'a ni eu les conclusions de l'expertise, ni donné son avis.

Pour les élus CFDT, ce processus social est inadmissible.

Pas encore de commentaires