Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
01 / 03 / 2019 | 11 vues
Laurence Tribillac / Membre
Articles : 9
Inscrit(e) le 09 / 07 / 2008

La MFP s’engage dans la rédaction d'un manifeste pour l’amélioration des droits sociaux complémentaires des agents

Le 18 février, la Mutualité Fonction Publique (MFP) a été entendue par la mission des trois inspections générales (IGA, IGAS et IGF) chargées de dresser un bilan de la couverture complémentaire des agents publics et des dispositifs de participation des employeurs publics associés.

Très « perplexe » quant à l’issue de cet échange, la MFP a saisi cette occasion pour pointer les dérives dans la mise en œuvre des dispositifs réglementaires et statutaires de protection sociale dans les trois versants de la fonction publique : recul des solidarités, insuffisance du dialogue social, régression des couvertures de santé et de prévoyance, participation financière inéquitable et trop faible voire nulle des employeurs… Résultat : des garanties complémentaires insuffisamment attractives pour les agents qui, dans certains champs professionnels, s’en détournent !

Il est urgent de faire évoluer ces dispositifs pour proposer :
  • un renforcement des obligations de solidarité intergénérationnelle, contributive et familiale (entre actifs et retraités, vis-à-vis des jeunes entrants et des plus fragiles…),
  • la prise en charge des risques de santé et de prévoyance, adaptée aux spécificités réglementaires et statutaires de chaque versant,
  • et une aide financière des employeurs publics obligatoire et à la hauteur des enjeux.

En parallèle, la MFP intensifie ses rencontres institutionnelles.

Côté fonction publique hospitalière, dans le prolongement de la rencontre avec le cabinet d’Olivier Dussopt du 1er février dernier, la MFP intensifie ses rencontres avec les acteurs institutionnels concernés : direction générale de l’offre de soins, comité de gestion des œuvres sociales etc.

Ces rencontres ont été l’occasion pour la MFP de conforter et de faire partager son analyse des dispositifs statutaires dont bénéficient les hospitaliers et auxquels ils sont très attachés, malgré des insuffisances certaines.

Du côté des parlementaires, la MFP a été auditionnée le 20 février par la députée Cendra Motin, dans le cadre du « printemps de l’évaluation » sur l’absentéisme dans la fonction publique. Ferme sur ses positions antérieures, l’union a dénoncé la réintroduction du jour de carence dans la fonction publique, rappelant son caractère socialement injuste, inefficace sur l’absentéisme et particulièrement stigmatisante pour la population fonctionnaire.

Quant à sa supposée rentabilité économique, elle n’est pas démontrée, aucun élément à ce stade ne pouvant l’étayer.

La prévention a été au cœur des échanges, en résonnance avec les propositions intéressantes du rapport sur les arrêts de travail [1], rapport remis le même jour au Premier Ministre. En revanche, la MFP, reste plus circonspecte quant à sa proposition d’instaurer un jour de carence d’ordre public sous prétexte de plus d’équité.

Un manifeste à l’horizon de la prochaine assemblée générale

Dans un contexte social particulièrement tendu, où apparaissent plus que jamais les fragilités de la société (notamment celles des agents publics), la MFP s’engage dans la rédaction d’un manifeste politique orienté vers l’amélioration des droits sociaux complémentaires des agents.

Temps fort de son assemblée générale du 6 juin prochain, la MFP compte bien peser sur les futurs arbitrages du gouvernement avec la présentation de ses axes de préconisations notamment.

[1] Rapport « Plus de prévention, d’efficacité, d’équité et de maîtrise des arrêts de travail » de Jean-Luc Berard, Stéphane Oustric et Stéphane Seiller, remis le 20 février au gouvernement.

Pas encore de commentaires